• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Inondations : la commune de Saint-Louis-de-Montferrand, classée en zone extrême danger, apprend à vivre avec le fleuve

Les bords de Garonne sur la commune de Saint-Louis de Montferrand en Gironde. / © Dominique Mazères
Les bords de Garonne sur la commune de Saint-Louis de Montferrand en Gironde. / © Dominique Mazères

En 2010, lors de la tempête Xynthia, cette petite commune de l'agglomération bordelaise située sur les bords de Garonne, a été en partie submergée par les eaux. Depuis, elle a été classée en ZED (zone d'extrême danger) par l'Etat qui a démoli 15 maisons à risque et les berges ont été réaménagées

Par America Lopez

C'est la seule commune de Gironde classée en Zone Extrême Danger. Le choc des inondations provoquées par la tempête Xynthia est encore bien présent chez les habitants.

Aujourd'hui, l'enjeu est d'apprendre à vivre avec le risque et de se réapproprier les berges.

On a créé des lieux de vie pour oublier le choc et pour que les gens se réapproprient les berges sans oublier le risque, explique Nathalie Caillaud, adjointe au maire de Saint-Louis-de-Montferrand.

Saint-Louis-de-Montferrand, lors des inondations de la tempête Xynthia, le 1er mars 2010. / © France 3 Aquitaine
Saint-Louis-de-Montferrand, lors des inondations de la tempête Xynthia, le 1er mars 2010. / © France 3 Aquitaine
Un maison inondée par la montée des eaux en 2010 lors de la tempête Xynthia. / © France 3 Aquitaine
Un maison inondée par la montée des eaux en 2010 lors de la tempête Xynthia. / © France 3 Aquitaine


Création de "parenthèses", comme des fenêtres sur le fleuve

Après la tempête Xynthia, l'Etat a déconstruit 15 maisons à risque.
Sur ces zones inondables, des espaces collectifs ont été aménagés : lieux d'expositions artistiques, potager partagé, aire de pique-nique, des vergers, ruches et un parcours santé.

"Ces espaces libérés ont vocation à devenir des lieux de convivialité, accessibles à tous", indique une pancarte installée en bord de Garonne.

Il faut que l'eau circule, l'eau doit pouvoir renter et sortir, c'est cela un territoire résilient, explique Laurence Chappert, directrice de l'aménagement à Bordeaux Métropole.

Coût du projet : un million d'euros.
 
Une des pancartes installées sur les berges de Saint-Louis de Montferrand dans le cadre du réaménagement. / © Nathalie Pinard
Une des pancartes installées sur les berges de Saint-Louis de Montferrand dans le cadre du réaménagement. / © Nathalie Pinard
A Saint-Louis de Montferrand, les habitants apprennent à vivre avec le risque d'inondations. / © Nathalie Pinard
A Saint-Louis de Montferrand, les habitants apprennent à vivre avec le risque d'inondations. / © Nathalie Pinard


Les "Parenthèses" constituent un projet unique en Gironde : l'aménagement des berges de la Garonne dans une commune 100% inondable, Saint-Louis-de-Montferrand, régulièrement touchée par les tempêtes. Des épisodes qui ont laissé des traces dans les mémoires et dans le paysage. Il s'agit aujourd'hui de vivre avec le fleuve en offrant des espaces de verdure, des "parenthèses" adaptées à la montée des eaux. 

 ► Voir notre supplément du 7 mai consacrée à Saint-Louis-de-Montferrand, commune "résiliente" avec le fleuve. En invitée, Josianne Zambon, maire de la commune :
Inondations : comment la commune de Saint-Louis de Montferrand, classée en zone extrême danger, vit avec le fleuve

 



 

Sur le même sujet

Infanticide de Barsac

Les + Lus