• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Le succès des gambas médocaines

© FTV
© FTV

Connu pour son grenier, ses noisettines, son vin évidemment, le Médoc attire aussi désormais les foules pour ses gambas élevées dans les anciens marais salans. Rencontre avec Jean-Marie Berthet, éleveur de gambas au Verdon.

Par C.O

Ils viennent d'un peu partout en France mais ce sont ceux "du coin" qui l'ont évidemment repéré en premier. La guinguette dite "Gam'guette" accueille chaque année un peu plus d'amateurs. Si bien que désormais on y cuisine entre 1,5 et 3 tonnes de gambas chaque été.

Les crevettes s'y dégustent flambées. Au whisky, rhum, anisées ou saveur gingembre... chacun trouvera "sa" gambas préférée. Mais ici pas de chichi. Vos gambas vous sont servies dans une assiette en plastique. Le propriétaire n'a pas le temps de faire la vaisselle. Une fois le dernier client parti, il file sur ses bassins pêcher de nuit ses gambas.

Achetées dans le sud de la France elles sont implantées dans les bassins du Médoc au printemps pour éviter tout choc thermique.

Cachée dans la vase la journée, la gambas se pêche la nuit au moment où elle part se nourrir. C'est la que Jean-Marie Berthet intervient. Ainsi il récolte chaque nuit 35 kilos de gambas nécessaires à la vente pour son restaurant le lendemain.

A ses côtés : 6 employés, tant pour la guinguette que pour la ferme aquacole. Pour se lancer dans l'aventure il y a 14 ans, Jean-Marie Berthet a du investir en matériel qu'il faut désormais amortir. C'est la raison pour laquelle il compte se lancer dès l'automne prochain dans l'affinage d'huîtres.

Seuls trois aquaculteurs se sont lancés dans l'élevage de gambas.

Voyez les reportage de Jean-François Géa et Thierry Julien au Verdon.
Le succès des gambas médocaines

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus