Pollution de la Leyre : 60 000 à 80 000 euros requis en appel contre Smurfit Kappa

Publié le Mis à jour le
Écrit par Karim Jbali
Maître Ruffié, avocat des parties civiles, lors du procès en appel
Maître Ruffié, avocat des parties civiles, lors du procès en appel © France 3

60 000 à 80.000 euros d'amende et une publication de la condamnation dans la presse ont été requis mardi par la Cour d'appel de Bordeaux à l'encontre de l'usine Smurfit Kappa. 

Le parquet de Bordeaux avait décidé de faire appel après le jugement en 1 ère instance, jugement qui avait prononcé la relaxe de l'entreprise. Le délibéré a été fixé au 17 février. Il faut rappeler que le Tribunal correctionnel de Bordeaux avait relaxé l'usine de pâte à papier accusée de pollution après la rupture d'une cuve le 7 juillet 2012. Une cuve contenant 170 litres de « liqueur noire » utilisée pour le traitement du papier avait cédé, libérant une vague de pollution atteignant le Lacanau, la Leyre et le Bassin d’Arcachon. Plus de 300 kgs de poissons avaient été repêchés morts, dérivant au gré du courant. 
Procés en appel de l' entreprise Smurfit

Les défenseurs de l'environnement et de promotion du tourisme avaient demandé réparation pour le préjudice subi par l'environnement dans cette affaire. Pour ces parties civiles constituées, la cuve et les installations étaient vétustes et en mauvais état, et l’épaisseur du métal insuffisante, selon les rapports d’expertise. Pour éviter que cela ne se reproduise, l’avocat des professionnels de la mer, M° Ruffié,  avait demandé donc en première instance 1,3 millions d’euros de dommages et intérêts.

Ms Sellier , président de Smurfit a pour sa part précisé que l'épaisseur du métal de la cuve était suffisant et qu'il n'y a pas de raison objective pour expliquer cet accident. Et pourtant dés 2008, la société Décra avait préconisé la mise à l'arrêt de cette cuve. Le rapport d'experts judiciaires a souligné que plus de la moitié de l'épaisseur de cette cuve était entamée.

Rappelons qu'en première instance, le procureur de la République  avait souligné que l’usine avait déjà été fermée pendant sept semaines, et de ce fait il défendait les emplois directs et indirects liés à l’activité de l’usine. Aujourd'hui en appel, il a été réclamé 80 000 euros. Le délibéré du jugement en appel a été fixé au 17 février.





Des milliers de poissons avaient été retrouvés morts.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.