Guéret et Limoges vont accueillir un service des finances publiques

Guéret (Creuse), retenue pour accueillir des services de la Direction Générale des Finances Publiques / © André Abalo - France 3 Limousin
Guéret (Creuse), retenue pour accueillir des services de la Direction Générale des Finances Publiques / © André Abalo - France 3 Limousin

Guéret et Limoges vont accueillir chacune un service des finances publiques. C'est ce qu'a annoncé ce 29 janvier 2020, le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin. Au total, 50 villes de France ont été retenues pour ce nouveau maillage. 

Par Hélène Abalo

C'est le résultat d'un appel à candidature lancé le 17 octobre 2019. L'objectif : solliciter des collectivités locales pour accueillir des services de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP), actuellement implantés en Ile-de-France ou dans les grandes métropoles. 

Une première liste a été dévoilée ce 29 janvier 2020  par le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin. Au total, 50 villes de France ont été retenues pour ce nouveau maillage.
 

Deux villes en territoire limousin

En territoire limousin, Limoges et Guéret figurent parmi les villes choisies selon plusieurs critères : "Ces critères portaient à la fois sur la situation sociale et économique du territoire, son attractivité, la qualité des solutions immobilières proposées et enfin les conditions d'accueil des agents des finances publiques. Le comité de sélection a également examiné ces candidatures en prenant en compte l'équilibre du territoire et les effectifs de la DGFiP", précise le communiqué de Bercy.  

Ces implantations débuteront en 2021. "La nature exacte des services concernés de la DGFIP, leur dimensionnement, ainsi que le calendrier détaillé des opérations seront précisés dans un second temps."
Aucune ville de Corrèze ne figure dans cette première vague mais d'autres communes devraient être sélectionnées au printemps 2020.

Plus de proximité


La construction de ce nouveau maillage des services des Finances publiques s'inscrit dans un plan de rétablissement de la confiance entre l'État et les citoyens français mise à mal notamment après la réforme territoriale et la création des nouvelles régions. Plusieurs services publics avaient ainsi disparu ou avaient été concentrés dans les métropoles, délaissant les territoires éloignés des capitales régionales et rendant difficile la proximité avec les habitants de ces territoires. 

À Limoges par exemple, en 2018, on estimait entre 195 et 245 emplois perdus dans le secteur public ou para-public suite à la fusion des régions, dont 10 postes des Finances publiques.

Des réactions contrastées

Les édiles des deux villes concernées sont bien sûr plutôt satisfaits par la nouvelle, même si elle ne vient que partiellement compenser des pertes déjà importantes. Mais les syndicats parlent eux "d'enfumage" !
 

C’est une opportunité pour Limoges et Guéret. C’est une réponse positive du ministère, et c’est une victoire pour ramener de l’administration sur Limoges et compenser pour partie la perte du statut de capitale régionale. Émile-Roger Lombertie, maire (LR) de Limoges

Avec la CAF sur Guéret, c’est aujourd’hui près de 80 emplois qui ont été maintenus ou créés. Là cela pourrait-être… Je ne sais pas encore ce que ce sera très exactement, mais travailler à distance pour l’ensemble du territoire nationale, c’est une des possibilités pour des territoires comme les nôtres. Michel Vergnier, maire (PS) de Guéret

Ce sont juste des mesures économiques pour faire des économies sur les locaux. S’ils déplacent des agents, ce sera pour faire la même chose qu’à Paris, c’est de l’enfumage ! Arnaud-Guilhem Fabry, secrétaire départemental CGT Finances publiques 87

 

Guéret et Limoges vont accueillir un service des finances publiques
Guéret et Limoges vont accueillir chacune un service des finances publiques. C'est ce qu'a annoncé ce 29 janvier 2020, le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin. Au total, 50 villes de France ont été retenues pour ce nouveau maillage. De belles opportunités, selon les maires des villes concernées. De "l''enfumage", pour un représentant syndical des Finances Publiques. Intervenants : 1/ Émile-Roger Lombertie, maire de Limoges (LR) 2/ Michel Vergnier, maire de Guéret (PS) 3/ Arnaud-Guilhem Fabry, secrétaire départemental CGT Finances publiques 87 - M Guigné, F Bordes, L Aubisse


 


Liste des 50 communes retenues : 
  • Dieppe (76)
  • Troyes (10)
  • Dax (40)
  • Roanne (42)
  • Valence (26)
  • Mâcon (71)
  • Alençon (61)
  • Agen (47)
  • Béthune (62)
  • Saint-Dié-des-Vosges (88)
  • Belfort (90)
  • Charleville-Mézières (08)
  • Pau (64)
  • Le Puy-en-Velay (43)
  • Nevers (58)
  • Châteaudun (28)
  • Carpentras (84)
  • Fontenay-le-Comte (85)
  • Noyon (60)
  • Angoulême (16)
  • Tarbes (65)
  • Vesoul (70)
  • Guéret (23)
  • Châteauroux (36)
  • Laval (53)
  • Guingamp (22)
  • Forbach (57)
  • Bergerac (24)
  • Tournon-sur-Rhône (07)
  • Château-Thierry (02)
  • Vierzon (18)
  • Denain (59)
  • Châteaubriant (44)
  • Châlons-en-Champagne (51)
  • Lons-le-Saunier (39)
  • Redon (35)
  • Joigny (89)
  • Cahors (46)
  • Lisieux (14)
  • Morlaix (29)
  • Perpignan (66)
  • Limoges (87)
  • Lens (62)
  • Decazeville (12)
  • Besançon (25)
  • Mende (48)
  • Pont-Audemer (27)
  • Verdun (55)
  • Chaumont (52)
  • Laon (02)

Sur le même sujet

Les + Lus