• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Le casse-tête des parents d’enfants handicapés en Haute-Vienne

En Haute-Vienne, il existe quatre instituts médico-éducatifs (IME) avec environ 300 places. / © M.Degremont/france 3 Limousin
En Haute-Vienne, il existe quatre instituts médico-éducatifs (IME) avec environ 300 places. / © M.Degremont/france 3 Limousin

En Haute-Vienne, la demande de places en institut médico-éducatif (IME) pour des enfants atteints de handicaps mentaux a explosé ces dernières années alors que le nombre de places n'a pas évolué. Une famille de St-Léonard de Noblat témoigne.

 

Par Thomas Milon

A bientôt 7 ans, le petit Yannis souffre de trisomie 21. En principe, cette anomalie chromosomique ouvre droit à un placement en institut médico-éducatif (IME) dès l'âge de 6 ans. Encore faut-il que ces établissements spécialisés disposent de places disponibles.

La famille de Yannis, basée à St-Léonard de Noblat s’est vue proposer, pour la rentrée prochaine, un placement à l'IME de St-Junien, distant de plus de soixante  kilomètres de leur domicile. L’institut ne disposant pas d’hébergement, Yannis devrait effectuer trois heures de trajet quotidien en bus. « Cette situation n'est pas envisageable » dit sa maman.

Il existe pourtant un IME à dix kilomètres de St-Léonard sur la commune d'Eyjeaux. Mais l’institut est en sur-effectif. La famille Brouillet en appelle aux autorités.

J’en appelle au gouvernement afin de débloquer plus de moyens pour les enfants handicapés. Nicolas, père de Yannis.

Moyens insuffisants


L'IME d’Eyjeaux organisait vendredi 24 mai ses portes ouvertes alors qu'il est saturé par la demande. A moyens constants, impossible de répondre à une liste d'attentes qui explose, une centaine à ce jour. Le directeur déplore cette situation :

Quand on regarde les établissements médico-sociaux, on voit l’intérêt qu’une société accorde à ses enfants. Il me semble que les moyens sont insuffisants et qu’il faut faire plus.


Ce directeur l'avoue lui-même, l'établissement d'Eyjeaux bénéficie de structures pouvant accueillir dix enfants en plus si l'agence régionale de la Santé (ARS) lui accordait des moyens supplémentaires.

De son côté, à défaut d'autre solution, Yannis devrait passer une année supplémentaire de grande section dans son école.
 
Le casse-tête des parents d’enfants handicapés en Haute-Vienne
Reportage de R.Burot, M.Dègremont et A.Lafeuille. Interevenants : Géraldine Brouillet, Maman de Yanis Nicolas Brouillet, Papa de Yanis et Franck Blanchon, Directeur général des pupilles de l'enseignement public (PEP) 87.  - france 3 Limousin



   


 

Sur le même sujet

Laurent Leclerc, metteur en scène

Les + Lus