Contournement Est de Limoges : la déviation de la discorde

Publié le Mis à jour le

Le Conseil départemental de la Haute-Vienne a présenté son projet de contournement de la partie Est de l'agglomération de Limoges, qui doit permettre de désengorger les communes de Feytiat et Panazol. Un projet qui soulève des oppositions.  
 

Améliorer la circulation à l'Est de Limoges, faire baisser de manière significative le trafic routier dans les communes de Panazol et de Feytiat...



Pour mieux comprendre le projet porté par le Conseil départemental de la Haute-Vienne :  

 


Pour le Conseil départemental, il est indispensable de désengorger Feytiat et Panazol

En moyenne, quinze mille véhicules, dont de nombreux camions, traversent quotidiennement les deux communes, ce qui nuit au cadre de vie et à la sécurité des habitants, sans parler de la pollution.

Le CD 87 entend donc y remédier.



Avec ce projet de contournement, le Conseil départemental veut également permettre aux automobilistes venant de l’Est de la Haute-Vienne d’avoir un accès direct aux grands axes de circulation, notamment l’autoroute A20.  



Investissement estimé : cinquante millions d’euros.



Chez nos confrères de France Bleu, récemment, Laurent Lafaye, vice-président du Conseil départemental de la Haute-Vienne, élu au Conseil municipal à Feytiat et défenseur du projet, indiquait :

"c'est la dernière possibilité d'avoir un aménagement à l'Est de l'agglo"... 
Les autres projets envisagés par le passé ayant été abandonnés, "il n'y a pas de plan B ou plan C, je dis aux opposants de bien prendre en compte les enjeux sur le moyen et le long terme".    



Car des opposants à ce projet de contournement Est de Limoges, il y en a : les élus de la majorité et de l’opposition du Conseil municipal de Panazol mais aussi des riverains, regroupés au sein de l’association « Pour un avenir serein à l’Est de Limoges ».



Ils qualifient le projet d’inutile et aberrant car, pour eux, des expertises montrent que si le trafic routier dans les deux communes est dense, il n’atteint pas un niveau problématique.

Ils tablent sur une baisse de ce trafic dans les années à venir…

D'autre part, disent-ils, le projet ne résoudra pas le problème de la traversée de Crézin.  



Des opposant qui jugent le coût du projet exorbitant : soixante voire quatre-vingt millions d’euros, estiment-ils.  

 

Selon eux, le projet, avec ses différents ponts et son nouvel échangeur vers l'A20, est "destructeur du cadre de vie remarquable de l’Auzette, rendez-vous des familles, des randonneurs, des cavaliers et autres vététistes." 



Enfin, ils dénoncent un manque de transparence et de concertation.

 


Le dossier a été transmis à la Préfecture de la Haute-Vienne qui pourrait lancer l'enquête publique avant l’été 2019.



C’est le préalable incontournable avant le début des travaux que le Conseil départemental de la Haute-Vienne souhaite démarrer en 2020, pour une mise en service en 2023. 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité