Don du sang : les motards se mobilisent à Limoges

Publié le Mis à jour le
Écrit par Colyne Rongere

Samedi 14 mai 2022, les motards de la région s'étaient donné rendez-vous au Stade de Beaublanc, à Limoges pour une collecte de sang. Cette première édition, à l'initiative de l'association 300 pour sang motards et de l'Etablissement Français du Sang, visait à sensibiliser aux dangers de la route pour les conducteurs de deux-roues.

Le temps d'une journée, les bikers ont laissé leur casque au vestiaire. Samedi 14 mai 2022, ils étaient une centaine au Stade de Beaublanc, de Limoges, pour une collecte de sang. Une première édition, à l'initiative de l'association de motards 300 pour sang motards et de l'Etablissement Français du Sang.

Cette démarche a rencontré un franc succès : les 130 créneaux prévus ont été remplis. Une nouvelle preuve de la solidarité des bikers.

Sensibiliser aux dangers de la route

Bien que la mortalité routière des deux-roues motorisés ait baissé en 2020 avec 577 décès, un motard a toujours plus de risques d'être tué qu'un automobiliste. Pour les bikers, ce don du sang est donc une occasion supplémentaire de sensibiliser aux dangers de la route.

En parallèle de cette collecte de sang, des stands ont proposé différentes animations en lien avec la sécurité routière. Parmi les préconisations premières. "Acheter des équipements adéquats, se faire conseiller par des spécialistes et associations, vérifier l'état de son véhicule.", rappelle Thierry Clément, trésorier FFMC87.

Des bikers au grand cœur

L'association 300 pour sang motards est née en mai dernier. "Mon fils a eu son accident en 2017, il lui a fallu 12 dons poches de sang, il a fait un grand choc hémorragique. La création de cette association, c'est aussi une façon de remercier ces personnes-là.", confie Jean-Philippe Deslias, co-président de l'association.

En 2017, son fils Anthony se balade à moto, quand un véhicule le percute. Il est aujourd'hui amputé d'un bras et d'une jambe. Pour Anthony, son père et Michel Charpentier, son oncle, co-président de l'association, la prévention est indispensable. "Cela fait partie d'un acte civique. Les accidents sont beaucoup plus graves".

Cette jeune association pense déjà aux projets de demain. De nouvelles collectes de sang sont déjà au programme.