Montée en ligue féminine 2 pour les Diablesses de Feytiat, championnes de France de NF 1

Publié le

Championnes de France de nationale féminine 1, les Diablesses de Feytiat montent en ligue féminine 2 grâce à leur victoire à domicile 78 à 70 face à Sceaux samedi 14 mai 2022.

Incroyable victoire au bout du suspense pour les Diablesses de Feytiat qui se sont imposées à domicile 78 à 70 face à Sceaux samedi 14 mai 2022. Désormais championnes de France de nationale féminine 1, elles accèdent à la Ligue féminine 2, soit la 2ème division française. 

Après avoir mené, après avoir été rejointes, après avoir été même dépassées à trois minutes du terme, les filles de Feytiat ont scellé leur exploit et avec cette victoire, la folie s’est emparé du parquet de Roger Couderc.

 

Enfin, enfin on l'a fait ! Ca fait tellement longtemps qu'on travaille pour ça, c'était dur jusqu'au bout et c'est encore plus beau

Caroline Misset-Villeger, capitaine et arrière du Feytiat Basket 87

Pour Émilie Prugnieres, ailière du Feytiat Basket 87, "c'est un rêve qui se réalise, ça fait maintenant des années que je fais du basket. "Oh mon Dieu, je suis trop contente, c'est si grand, ajoute Alicia DeVaughn, pivot du Feytiat Basket 87, on a tellement travaillé, si dur, sans relâche depuis août dernier: la vache, on a tellement bossé pour ça !"

Cyril Sicsic, qui n’a sans doute jamais cette saison autant crié sur ses joueuses que ce samedi soir, était lui aussi très ému, en larmes.

 

Cette saison, je crois que rien n'était simple et là, on voit encore le caractère qu'on a, l'envie de réussir. Après toutes les embûches de cette saison, on a relevé la tête et ce soir, on relève encore la tête

Cyril Sicsic, entraîneur du Feytiat Basket 87 

 

 

Quant au Président du club Stéphane Serve, lui aussi bouleversé, il est submergé par les des souvenirs de huit années de dingue : "Comme quoi, on n'était pas si fous que ça il y a 8 ans, quand je disais "c'est possible, c'est possible". Je veux remercier quelqu'un qui m'a soutenu à ce moment-là, c'est Patrice Brunet qui m'a dit "t'es fou mais je te suivrai". J'ai aussi une pensée pour Fred Bolotny [NDLR : décédé en 2015], comme j'ai pris la suite, une grande pensée car c'est aussi pour lui, ce soir". 

 

Le plus dur commence avec l'entrée en Ligue 2.