Au départ Thomas Lemoine a amorcé sa conversion biologique avec les céréales qu’il produisait pour l'alimentation de son cheptel de vaches. C’est l’aspect économique et environnemental qui l’a séduit, puis le sanitaire.
Aujourd’hui convaincu d’être gagnant sur tous les plans il prévoit d’abandonner la produition de vaches laitières conventionnelles pour des porcelets bio en circuit court.

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.