Haute-Vienne : Terre de liens lance une collecte pour racheter une huitième ferme en Limousin

Publié le
Écrit par Lauryane Arzel avec Philippe Mallet

À Ladignac-le-Long (Haute-Vienne), Pierre-André Jarry s'apprête à devenir agriculteur Terre de Liens. Il cultive céréales et légumineuses en agriculture biologique. L'association Terre de Liens a lancé une collecte d'épargne citoyenne pour acquérir son exploitation.

Des parcelles de blé ancien, de pois et de tournesol : ces céréales et légumineuses sont cultivées en agriculture biologique par Pierre-André Jarry. L'agriculteur a repris en 2004 la ferme de La Vallade, située à Ladignac-le-Long (Haute-Vienne). Il est aujourd'hui accompagné par Terre de Liens pour racheter les 60 hectares de terre.

Un passage au bio en 2015

En 2015, celui qui est encore éleveurs de bovins, se lance dans l'agriculture biologique. Mais en 2018, c'est un vrai coup dur : le troupeau doit être abattu sur décision préfectorale suite à un cas de tuberculose. L'éleveur devient alors céréalier, un nouveau chemin pas encore terminé aujourd'hui.

Ce n'est pas encore gagné, je dois tout réapprendre.

Pierre-André Jarry, agriculteur

En 2019, les parents de Pierre-André Jarry décident de vendre la ferme familiale. L'agriculteur, qui n'a pas les moyens de racheter, décide donc de faire appel à Terre de Liens. "J'ai réussi à maintenir mon activité grâce à Terre de liens, qui a racheté les terres de l'exploitation", résume Pierre-André Jarry.

La signature d'un bail environnemental durable

Celui qui préfère être appelé "paysan" devient locataire de ses terres. Il poursuit sa "réinstallation" aux côtés de l'association. Elle propose à des investisseurs de placer leur épargne dans des projets agricoles durables. "Chaque citoyen peut acheter une souscription de 104 euros pour que cette terre appartienne au collectif", explique Emilie Chammard, bénévole Terre de Liens et botaniste. "Nous nous engageons à ce que ces terres restent des terres agricoles avec une agriculture paysanne et biologique." Dans le cas de la ferme de la Vallade, la collecte d'épargne citoyenne, lancée en mars 2022, vise un objectif de 274 000 euros.

Pierre-André Jarry est lié aux investisseurs par un bail rural environnemental. "Il doit travailler en bio, conserver ou replanter des haies, des fossés, des prairies humides", énumère Pierre Ringondaud, référent Terre de Liens. "Notre but est de préserver la biodiversité qui existe déjà tout en la conciliant avec l'activité de production."  Pierre-André Jarry veut par exemple développer les liens avec les circuits courts dans les prochains mois.