Hébergement d'urgence en Haute-Vienne : les capacités d’accueil en légère hausse

Illustration / © LIONEL BONAVENTURE / AFP
Illustration / © LIONEL BONAVENTURE / AFP

Dans le cadre du plan hiver 2016-2018, des places supplémentaires d’hôtels et en hébergement d’urgence vont ouvrir, a annoncé la préfecture de Haute-Vienne mardi.

Par Anouk Passelac

L’hébergement d’urgence est sous tension. Pendant l’hiver 2016-2017, le 115 a reçu plus de 16500 appels, soit 2000 de plus par rapport à l’hiver 2015-2016.

Ce numéro, chargé d’orienter les personnes dans le besoin vers des structures d’accueil adaptées (hébergement d’urgence, places d’hôtel, hébergement d’insertion), a été saturé la saison dernière, « comme partout en France », a précisé le préfet Raphaël Le Méhauté en conférence de presse mardi.

Ce contenu n'est plus disponible

Dans le cadre du « Plan hiver 2016-2017 », le préfet de Haute-Vienne, a annoncé la création de 15 nouvelles places d’hôtel pour cet hiver. A partir de la mi-février, 15 autres places en hébergement d’urgence seront également ouvertes.

Au total, le département bénéficiera de 117 places en hébergement d’urgence, 85 places d’hôtel et 132 places en hébergement d’insertion.

Des « usagers réguliers » du 115


Les appels au 115 ont concerné 941 ménages de demandeurs d’hébergement, soit 1411 personnes. Certains sont devenus des « usagers » réguliers du numéro, faute de solution pérenne.

Raphaël Le Méhauté explique vouloir « améliorer la fluidité du passage de l’hébergement d’urgence aux logements de droit commun » pour libérer des places en hébergement d’urgence.

Parmi les solutions envisagées, le dispositif « 10 logements accompagnés » qui aide à l’accès et au maintien dans le logement social, Relais coloc pour vivre en colocation sans clause de solidarité ni garant ou encore Résidence accueil à destination des personnes handicapées psychiques.

L’hébergement spécifique des demandeurs d’asile


Concernant les demandeurs d’asile, la Haute-Vienne dispose de 284 places en Centre d’accueil pour demandeur d’asile (CADA) et 110 en Centre d’accueil et d’orientation (CAO).

La préfecture a également signé un engagement avec Limoges pour que les demandeurs d’asile ayant obtenu leur statut de réfugié soient logés par la ville. Un dispositif qui sera bientôt en phase d’expérimentation.

A lire aussi

Sur le même sujet

Marée noire du Prestige : l'interview de l'avocat Renaud Lahitète

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne