• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

1,2kg de cocaïne saisie : Guyane – Limoges, la route de la drogue

Démantèlement d'un trafic de cocaïne à Limoges / © François Destoc/MaxPPP
Démantèlement d'un trafic de cocaïne à Limoges / © François Destoc/MaxPPP

Début août, de la cocaïne cachée dans des boîtes de conserve envoyées par la poste a été saisie à Limoges. Une fois de plus, la drogue provenait de Guyane, selon un itinéraire désormais classique.
 

Par RD avec Hakime Ali Said

Vendredi 9 août, c’est une importante saisie de drogue qui a été effectuée à Limoges par la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières : 1,235 kg de cocaïne. Les stupéfiants ont transité par voie postale, dans des boites de conserve. "Un schéma connu et habituellement utilisé par les trafiquants", indique le procureur de Limoges dans un communiqué.

La personne qui a réceptionné le colis, déjà condamnée pour des faits similaires, sera jugée en comparution immédiate le 25 septembre. Cette affaire "permet de souligner l’excellente coopération entre la douane et le SRPJ, le tout sous le contrôle coordonné des parquets de Cayenne et de Limoges", se félicite ce dernier.

Mais cette nouvelle saisie souligne aussi la persistance du trafic de drogue entre la Guyane et Limoges. Déjà en avril, 1,4 kg était saisi sur une mule, et cinq Limougeauds d’origine guyanaise étaient interpellés. Agés de 20 à 22 ans, ils ont été condamnés en mai à des peines de prison ferme allant de 9 mois à cinq ans.
 
 

5000 euros pour 1kg livré à bon port


La Guyane, département français en Amérique de Sud, est une véritable porte d'entrée de la drogue en France. Une grande partie de la cocaïne du marché limousin, et plus largement de la Nouvelle-Aquitaine, transite par là-bas. Souvent, la drogue vient d'encore plus loin, comme de Colombie. Avant la Guyane, elle transite par le Suriname, et le Guyana.

A l’aéroport Félix Eboué, les services de l’Etat interceptent chaque jour trois kilos de cocaïne en moyenne, et arrêtent deux mules. Mais leur vigilance n’empêche pas certains transporteurs de passer au travers des mailles du filet. Les élus et des associations guyanaises réclament davantage de moyens, à commencer par un scanner corporel. Les trafiquants ont néanmoins plus d’un tour dans leur sac : la technique des boites de conserve envoyées par la poste, classique, a été remise au goût du jour pour faire face au renforcement des moyens de surveillance à l’aéroport.
 


Pour un kilo de cocaïne livré à bon port, une mule peut espérer percevoir jusqu'à 5000 euros. Malgré les risques encourus, rien d’étonnant à ce qu’il y ait donc toujours des candidats au transport de la drogue. Les mules ont des profils divers : les personnes arrêtées viennent de tous les milieux sociaux, sont de tout âge, attirées par l’argent facile.
 
1,2kg de cocaïne saisie : Cayenne – Limoges, la route de la drogue
Reportage : Hakime Ali Said et Guyane la 1ère. Avec : Yvane GOUA, membre de l'association "Trop de Violans" ; Maitre Catherine CHAROING, avocate au barreau de Limoges - France 3 Limousin

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Incendie à La Jonchère-Saint-Maurice (87)

Les + Lus