200 logements étudiants en moins pour le Crous de Limoges

Ancienne résidence du Crous à Saint-Martial / © France 3 Limousin
Ancienne résidence du Crous à Saint-Martial / © France 3 Limousin

Le Crous de Limoges a décidé de ne pas renouveler le bail de la résidence Saint-Martial, rue Eugène Jamot où il était locataire. 200 logements étudiants ont été supprimés.

Par Colyne Rongere

Loué depuis 1994 au Crous de Limoges par la Société d’Equipement du Limousin (SELI), la résidence Saint-Martial ne permettait plus au centre régional des œuvres universitaires et scolaires de « remplir son rôle social » d’après sa directrice, Céline Baah.

Des logements de plus en plus vacants et une demande affaiblie de la part des étudiants, pour le Crous comme pour les universitaires, la situation ne pouvait plus durer à Saint-Martial.

Sur les 200 logements en question, seuls une cinquantaine d’étudiants locataires étaient concernés par une nécessité de relogement. Le Crous de Limoges a su rebondir tout en considérant les lieux d’études de chacun, comme l’explique la directrice.

Nous avons pu satisfaire l’ensemble des étudiants qui ont fait plusieurs vœux de résidence sur Limoges ou à Brive. On a laissé la priorité à ces étudiants, on les a considérés comme des réadmis des résidences qu’ils souhaitaient intégrer.

La plupart des étudiants ont demandé à se rapprocher de leur lieu d’études. A part les étudiants qui étaient en faculté de droit, les autres étaient certes en centre-ville mais éloignés des lieux d’études.

Le bail de la résidence Saint-Martial a pris fin le 1e septembre 2019. Entre janvier 2019 et la fin du contrat des lettres personnalisées et de relance ont été envoyées à chaque étudiant afin qu’ils trouvent un nouveau logement avant la date butoir.

Plusieurs étudiants ont préféré prendre un logement sans passer par le Crous de Limoges, comparant leur nouveau loyer à ceux de la résidence Saint-Martial. Ces derniers atteignaient 353 euros sans compter les charges à la sortie.

Finalement, on pouvait trouver mieux à côté. Les logements Crous étaient censés être meublés et on trouvait des meublés bien mieux au même prix.

Néanmoins, certains regrettant les avantages qu’offrait la résidence Saint-Martial.

On était en centre-ville à côté d'un grand centre commercial donc ça allait. J'étais l'un des rares résidents à avoir un balcon aussi, donc c'était assez bien. Ethan Postic, étudiant et ancien locataire de la résidence.

Pour autant, la suppression des 200 logements n’a pas plongé le Crous de Limoges dans une situation de saturation des autres logements. Au contraire selon Céline Baah, la demande sur d’autres résidences Crous a augmenté et des places restent encore vacantes dans certains établissements.

Au total, le Crous met à disposition 1728 studios aux étudiants limougeauds. D’autres résidences sont également proposées à Périgueux, Brive, Felletin, Egletons et Tulle.

Pour l’instant, Limoges devrait être épargnée de la crise des logements étudiants présente dans plusieurs villes de France.

L’ouverture d’une nouvelle résidence étudiante n’est pas envisagée par les services du Crous. En revanche, un programme de réhabilitation est prévu sur le secteur Crous du Val de l’Aurence, à Limoges.

Concernant la résidence de Saint-Martial, une réunion de la Société d’Equipement du Limousin (SELI) se tiendra fin janvier pour statuer sur l'avenir de celle-ci.
 
200 logements étudiants en moins pour le Crous de Limoges
Le Crous de Limoges a décidé de ne pas renouveler le bail de la résidence Saint-Martial dont il était locataire rue Eugène Jamot. 200 logements étudiants ont été supprimés. Journalistes : Colyne Rongere et Eric Boutin Monteur : Nicolas Stil Interview : Léo Bouladoux et Ethan Postic, étudiants et anciens locataires de la résidence Crous St Martial et Céline Baah, directrice du Crous de Limoges - France 3 Limousin

Sur le même sujet

Les + Lus