Admis puis recalés la semaine suivante : le cauchemar de trois étudiants en médecine du Limousin

Ils étaient officiellement admis en médecine, c’était une erreur de correction ! Trois étudiants en médecine du Limousin ont vu leurs rêves s’écrouler en une semaine, déclassés, ils n'entrent plus dans le numerus clausus. 

© FTV
En l'espace de quelques jours, le rêve est devenu un véritable cauchemar pour 3 étudiants. Fin juin ils passaient le concours commun des études de santé et pour décrocher une place en 2e année de médecine à l’issue de leur Paces (Première année commune aux études de santé), et jeudi dernier, les résultats les classaient dans le fameux numerus clausus. Ils ont pu fêter leur admission, se réjouir avec leurs familles... avant que tout cela s'écroule.
 
Admis puis recalés à cause d'une erreur de correction ©FTV


La très mauvaise nouvelle est arrivée par mail, elle leur a été confirmée ce mercredi 8 juillet 2020 par le doyen de la faculté de médecine de Limoges. La faculté a reconnu une erreur sur la correction, les étudiants, sidérés et incrédules, ne sont plus admissibles. "Ça fait une semaine que je me suis fait à l’idée que j’allais aller en médecine, moralement, on tombe de très haut" nous confie Margaux. De son côté pour Mathias, c'est le monde qui s'écroule : "Nous étions admis, officiel, par communiqué du jury, tout ça pour nous dire, une semaine après : non ! Vous n’y êtes plus !"  
 

C’est un coup très dur, un cauchemar éveillé

Julie Frithmannn - Etudiante



Les choix, pour ceux qui sont admis, sur les listes principales, font pouvoir se faire à compter du jeudi 8 juillet. Le candidat admis à la fois en médecine et en dentaire devra ainsi décider où il va et par la même libérer une place pour une personne en attente sur les listes complémentaires.

Le numerus clausus en médecine cette année est de 150 personnes (contre 145 l’année passée) à l’université de Limoges, auquel s’ajoutent 8 étudiants étrangers. Si pour Mathias, classé 159e, il y l’espoir d’une place qui se libère, pour Margaux, 163e et Julie, 166e, malgré des classements très proches, il est très peu probable qu’elles puissent cette année intégrer médecine. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société université éducation
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter