• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Un artiste limousin menacé d'expulsion

L'artiste René Bokoul est aujourd'hui menacé d'expulsion / © Isabelle Rio-France3 Limousin
L'artiste René Bokoul est aujourd'hui menacé d'expulsion / © Isabelle Rio-France3 Limousin

Il a exposé à Limoges, Saint-Junien, Angoulême, mais son talent artistique est reconnu aussi à Paris ou aux Etats-Unis. Pourtant le peintre congolais René Bokoul fait l'objet d'un arrêté d'expulsion du territoire. 

Par Noëlle Vaille

René Bokoul est un artiste de renommée internationale. Originaire du Congo, il a travaillé pour l’école des peintres de Poto-Poto (l’équivalent de Pont-Aven) et a ainsi obtenu la médaille Picasso de l’UNESCO. Il a exposé à Paris, aux Etats-Unis.
Artiste libre, il a été l’objet de menace dans son pays d’origine et a décidé de venir en France en 2012.
Titulaire d’une carte de séjour « compétence et talent », il a travaillé dans deux écoles à Limoges et à Saillat-sur-Vienne. En parallèle, il a poursuivi sa carrière artistique avec de nombreuses expositions dans la région et un peu partout.

Menacé d'expulsion 

Mais aujourd’hui, il est menacé d’expulsion.
Son titre ne lui permettant pas de voyager, la préfecture lui a conseillé de faire une demande afin d'obtenir le statut de réfugié politique.
Mais cette dernière a été refusée en novembre 2018 et l’artiste a eu la surprise, un mois plus tard, de découvrir dans sa boite aux lettres un arrêté d’expulsion du territoire.

Avec l’aide de son avocate, Blandine Marty, il a saisi le Tribunal administratif pour contester cet arrêté.
Le tribunal se prononcera le 31 janvier 2019. René Bokoul ne souhaite qu’une chose : rester sur sa terre d’adoption, le Limousin, et continuer à peindre.
 
Le peintre congolais René Bokoul menacé d'expulsion en Haute-Vienne
Le peintre congolais René Bokoul fait l'objet d'un arrêté d'expulsion du territoire français par la Préfecture de la Haute-Vienne. L'artiste a pourtant été titulaire d’une carte de séjour « compétence et talent », son art reconnu à Paris ou aux Etats-Unis. Le tribunal administratif de Limoges se prononcera le 31 janvier 2019.  - F3 Limousin - Isabelle Rio et Eric Boutin

 

Sur le même sujet

Manifestation anti Monsanto Bayer

Les + Lus