Covid 19 : le renfort des étudiants en médecine pour dépister

Pour répondre à la demande de tests coronavirus de plus en plus importante, le CHU de Limoges a décidé de tripler sa capacité de prélèvement. Dans ce but il forme des étudiants en médecine.
 
Au centre hospitalier universitaire (CHU) de Limoges en Haute-Vienne, où il existait déjà deux salles dédiées aux tests de dépistage au coronavirus, on compte désormais 6 salles au centre de prélèvement Covid.
Depuis mardi 22 septembre 2020, en effet, le CHU a décidé de monter en puissance pour répondre à la demande croissante de dépistages.

Dans un même temps, la Haute-Vienne a été placée en « zone alerte » par le ministre de la Santé.

Pour augmenter ses capacités de dépistage, l’hôpital fait appel à ses étudiants en médecine. Les futurs médecins sont donc formés pour réaliser des tests PCR/prélèvements :

"Je vais introduire ceci dans le bas de votre nez et je vais gratter le fond. Ça va prendre quelques secondes"

Vincent Denizot, 3e année de médecine

"C’est plus facile qu’il n’y parait, rassure l'étudiant en 3e année de médecine. On appréhende énormément notamment au niveau de la douleur des patients, mais on a besoin de nous pour aider les gens et les services saturés".

Mais pour ce patient un peu larmoyant qui vient de subir le test, l’examen n’a rien d’une partie de plaisir : "c’est pas très agréable votre truc !"
 


Avec l’aide de ces étudiants, le CHU a pu multiplié par 3 son nombre de dépistages :

"On est passé de 50 prélèvements par jour à 150, avec des capacités pouvant aller jusqu’à 300"


Marine Dupont, pharmacienne biologiste CHU Limoges


​​​​​

L'objectif pour le centre hospitalier est d'offrir un délai de rendez-vous de 24 heures, 48 heures grand maximum. 
Pour accélérer la prise au centre d’appel et sur place, l'hôpital a fait également appel à d’avantage de personnel administratif.

Au total, avec les étudiants en médecine, l'unité de dépistage du CHU de Limoges mobilise une trentaine de personnes en renfort.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société université éducation