Football : l'arrivée de Messi au PSG, une opération comptable "réfléchie" pour Jean-François Brocard, chercheur au CDES

Le salaire exorbitant promis au sextuple Ballon d'or par le Paris Saint-Germain a fait couler beaucoup d'encre. Mais selon Jean-François Brocard, chercheur au laboratoire du Centre de Droit et d'Économie du Sport de Limoges, le club parisien réalise une bonne opération financière avec ce transfert.

C'est incontestablement l'un des événements sportifs et médiatiques de l'été, si ce n'est des dernières années : l'arrivée de Lionel Messi au Paris-Saint Germain et sa première apparition face au Stade de Reims le 29 août 2021 ont suscité tant l'enthousiasme des amateurs de football, que l'incrédulité face à la somme déboursée par le club parisien pour s'attirer les services du joueur.

Car, si celui-ci était libre de tout contrat et que le PSG n'a donc pas eu à payer d'indemnité de transfert au FC Barcelone, le club de la capitale a néanmoins du casser la tirelire pour s'offrir l'un des meilleurs joueurs de l'histoire.

D'une durée de deux ans, avec une saison supplémentaire en option, le contrat signé par l'argentin lui garantit un salaire net de 40 millions d'euros par an, auxquels doit s'ajouter une prime à la signature de 40 millions d'euros supplémentaires.

Une somme exorbitante, et un pari risqué pour le PSG, alors que le club parisien a terminé la saison 2019-2020 avec une perte avant impôts estimée à près de 125 millions d'euros.

Une telle dépense semblait cependant nécessaire pour s'aligner sur les prétentions salariales du joueur : selon les termes de son dernier contrat à Barcelone, Lionel Messi empochait ainsi près de 139 millions d'euros bruts (74,9 millions nets) par an, sans compter les droits d’image.

4 ans de contrat, 555 millions d'euros bruts au Barça

En quatre ans, l'Argentin aura donc coûté plus d'un demi-milliard d'euros au FC Barcelone. Selon Forbes, Messi serait devenu en 2020 la quatrième sportif dont la fortune a dépassé le milliard de dollars.

Pour Jean-François Brocard, économiste du sport et maître de conférence au Centre de Droit et d'Economie du Sport de Limoges (CEDS), le recrutement de la star argentine pourrait cependant représenter une bonne opération tant comptable que sportive pour le club parisien et son propriétaire, le fonds d'investissement qatari QSI.

"La particularité de l'arrivée de Lionel Messi au PSG, c'est qu'elle s'est effectuée sans indemnité de transfert. C'est donc une charge de moins pour le PSG, et une bonne opportunité par rapport à d'autres joueurs."

Pour le chercheur, le recrutement de Lionel Messi s'effectue également au meilleur moment : "Au niveau comptable, le PSG va voir dans les années à venir la fin de la dotation des amortissements liés aux transferts de Mbappé et de Neymar, explique-t-il. Le nouveau salaire de Messi va donc venir compenser cette annulation. Au niveau comptable, l'opération est donc réfléchie.

Enfin, l'arrivée du meilleur joueur du monde au PSG devrait rapporter gros en termes de merchandising, et pourrait permettre au club de renégocier ses partenariats.

200 à 300 000 maillots supplémentaires par an

Elle devrait également doper tant la vente de billets que celle de maillots, cette-dernière pouvant atteindre "200 à 300 000 maillots supplémentaires" par rapport aux saisons précédentes, estimait Virgile Caillet, délégué général de l'Union Sport et Cycle auprès de l'AFP.

Ainsi, selon le quotidien sportif espagnol « Marca », 80 à 90 % des maillots vendus par le FC Barcelone étaient floqués au nom de Messi, représentant une manne financière de 20 à 30 millions d'euros par saison pour le club catalan.

Des retombées positives que Jean-François Brocard tient cependant à tempérer :  "Ce que l'on peut craindre, c'est que la compétition se retrouve complètement déséquilibrée", met en garde le chercheur.

"On peut se demander si l'intérêt du public pour le championnat ne finirait pas par baisser si le PSG se retrouve champion dès la fin du mois de mars ou au début du mois d'avril."

Le club de la capitale, en quête d'une première victoire en Ligue des champion, pourrait donc finir par se retrouver victime de son succès.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport