Cet article date de plus de 5 ans

Grève des personnels animateurs et surveillants en temps périscolaire

Les 400 animateurs chargés de s'occuper des élèves aux interclasses ou après l'école étaient appelés à cesser le travail par la CGT. Leur employeur, la Mairie de Limoges, a procédé à des réquisitions pour assurer la continuité des services, notamment de garderie et de cantine.

Virginie Ancelin, secrétaire générale CGT des employés territoriaux pour la ville de Limoges rendant compte de l’entrevue à la mairie.
Virginie Ancelin, secrétaire générale CGT des employés territoriaux pour la ville de Limoges rendant compte de l’entrevue à la mairie. © Marine Guigné - France 3 Limousin

Une grève suivie...

Le mouvement a impacté 26 écoles sur 68, avec un taux d'agents grévistes de 27 % selon le Directeur adjoint des services du pôle ressources et modernisation de la ville de Limoges.

En cause, la précarité de leurs contrats, des CDD de dix mois renouvelables - certains agents sont précaires depuis deux décennies - car non intégrés dans la loi Sauvadet du 12 mars 2012, et des rémunérations décalées dans le temps. Leur reconduction à la rentrée est par ailleurs suspendue à la carte scolaire.

Un ras-le-bol ressenti depuis des années par les 450 agents contractuels territoriaux aux missions d'accompagnement, d'animation d'ateliers et de surveillance. Les postes sont essentiellement occupés par des étudiants.

La mairie de Limoges a reçu une une délégation de grévistes. Elle précise que le processus de déprécarisation est en cours. 50 animateurs des services périscolaires pourraient prétendre à une intégration et d'autres agents, notamment des services culturels municipaux et de la direction des sports qui pourraient aussi bénéficier de ce dispositif d'ici la fin de l'année.

Une réunion avec les représentants est prévue mardi 16 juin prochain et le 2 juillet.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société