Interpellation d’auteurs de vols avec effraction sur Limoges

Suite au cambriolage d’un bar-brasserie dans la nuit du 19 au 20 novembre, dans le quartier de l’Hôpital Mère-Enfant, la police a interpellé plusieurs individus, dont des mineurs, auteurs d’une douzaine de cambriolages ou tentatives de cambriolage sur Limoges et sa banlieue.

Illustration : opération tranquillité vacances de la Police Nationale sur Limoges.
Illustration : opération tranquillité vacances de la Police Nationale sur Limoges. © Police Nationale
Au départ, un bar-brasserie proche de l’Hôpital Mère-Enfant à Limoges, victime dans la nuit du 19 au 20 novembre dernier d’un cambriolage avec effraction.
Butin : une vingtaine de bouteilles d’apéritifs, de vins et de sodas.

Doté d’un système de vidéo protection, le gérant allait pouvoir fournir des images des auteurs aux forces de l’ordre, images sur lesquelles il reconnaissait à proximité des lieux deux des quatre auteurs, un garçon d’une vingtaine d’années et une jeune fille probablement mineure.

Rapidement, les indices fournis conduisaient la Brigade anti-criminalité vers le centre-ville d’Isle, où elle interpellait le garçon, âgé au final de 22 ans (faisant par ailleurs l’objet d’une fiche de recherche) et la jeune fille, effectivement mineure, puisqu’âgée de 16 ans.
Suite à leur interpellation, ils étaient placés en garde à vue.

L’enquête était alors confiée à la Sûreté départementale.

Au gré des auditions et autres perquisitions menées, quatre autres auteurs étaient identifiés, deux hommes de 46 et 21 ans, et deux autres mineurs, un jeune homme de 14 ans et une nouvelle jeune femme de 16 ans.

Au final, tous étaient interpellés, à l’exception du plus jeune des mineurs, qui était alors dans son foyer éducatif de Châteauroux, lequel l’a remis le lendemain à disposition des enquêteurs.

L’enquête, se poursuivant, allait permettre de constater que les individus étaient impliqués dans pas moins d’une douzaine de cambriolages, ou tentatives de cambriolages, de pavillons ou commerces, de Limoges et sa banlieue.

A l’issue des gardes à vue, le magistrat de permanence demandait la présentation au parquet, dans l’après-midi du 24 novembre, des trois individus majeurs, ainsi qu’une notification de Convocation par Officier de Police Judiciaire en vue de mise en examen de la première jeune femme mineur et du garçon mineur. La seconde jeune fille a elle été laissée libre, sans suite judiciaire.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers