Les hommes du CHU de Limoges mobilisés contre le cancer du sein

Publié le Mis à jour le
Écrit par Gwenola Beriou

Dans le cadre d'octobre rose et de la lutte contre le cancer du sein, treize membres du service gynécologie de l'Hopital Mère Enfant posent torse nu pour inciter les femmes à se faire dépister.

Après les femmes l'an dernier, c'est au tour des hommes du service gynécologie d'enlever le haut pour la campagne de dépistage du cancer du sein.
Un acte fort, pour montrer que ce n'est pas qu'une affaire de femmes.
Gynécologues, infirmiers, cadres, aide-soignants ont accepté de poser torse nu pour inciter les femmes à se faire dépister.
Les photos font l'objet d'une exposition dans le hall de l'hopital mère enfant, et attirent - bien sûr - l'oeil des patientes...



Dépistage tous les 2 ans

Chaque année, en France, 49 000 femmes apprennent qu'elles sont touchées par le cancer du sein.
C'est le cancer le plus fréquent, et la première cause de décès par cancer chez la femme, avec 11 900 décès par an.
A partir de 50 ans, la mammographie est recommandée tous les deux ans.
Cette radiographie des seins permet de repérer un cancer à un stade précoce, en l'absence de tous symptômes, et permet d'augmenter les chances de guérison.

Un mois contre le cancer du sein

Plusieurs événements sont organisés dans le cadre d'"Octobre rose".
Hier soir, mardi 4 octobre, la façade de l'opéra de Limoges était éclairée en rose pour le spectacle d'ouverture de la saison "HIP 127, la constellation des cigognes".
Dimanche 9 octobre, un vide grenier sera organisé au Val de l’Aurence, à Limoges, par le centre social Le Chapeau Magique, avec un stand d’information sur la prévention et le dépistage du cancer du sein.
Jeudi 20 octobre, un stand d’information sera également installé lors du concert de Julie Zenatti à l'Espace Crouzy à Boisseuil
Lundi 31 octobre, une rencontre dédicace sera organisée au CHU avec le Dr Marie Crédoz, une gynécologue-obstétricienne qui a été victime d'un cancer du sein, autour de son livre : « Espoir et victoire, le comble pour une gynécologue »