• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Le Limoges CSP débloque le compteur en Eurocup

François Peronnet et ses hommes n'ont guère d'autres choix que le succès pour se remettre à croire à la course aux play-offs. / © France 3 Limousin
François Peronnet et ses hommes n'ont guère d'autres choix que le succès pour se remettre à croire à la course aux play-offs. / © France 3 Limousin

C'est une victoire pour l'honneur, mais une victoire tout de même : le CSP a battu sur le fil l'étoile rouge de Belgrade après un money time bouillant, 72 à 71.

Par François Clapeau

Est-ce la météo, le manque d'enjeu, l'heure tardive ?
L'ambiance était fraîche dans un Beaublanc qui paraissait bien clairsemé pour ce dernier match européen à domicile du Limoges CSP, déjà éliminé dans le Top 16 de la compétition. 

 

Premier round équilibré


La première mi-temps n'a pas particulièrement enthousiasmé la salle.
Le jeu est pourtant équilibré, et les deux équipes se tiennent : personne ne prend le dessus.
Le score à la mi-temps, 40-35 pour Limoges, représente l'écart le plus important des 20 premières minutes.

 

Le CSP prend l'eau


Dans le troisième quart temps, Limoges prend l'eau, et encaisse notamment une série de 14 points à 0.
Mais les arbitres parviennent à réveiller les fans avec quelques décisions douteuses qui font chauffer l'ambiance.
Le CSP est mené, mais ne décroche pas. 

 

Hold-up


Il faut attendre les dernières secondes du match pour y croire à nouveau.
Le capitaine Jo Rousselle, jusqu'ici en difficulté, décoche une série de tirs meurtriers qui font remonter son équipe en flèche.
Le CSP prend finalement la tête, sur le fil.
La victoire est inespérée, mais elle ravit les supporters qui ont fait le déplacement.
 


Coup de gueule


Ce mercredi, dans le reportage télévisé de France 3, vous n'entendrez qu'un seul joueur, Jo Rousselle, parler quelques secondes juste après le match. Contrairement à nos confrères de la presse écrite et de la radio, nous n'avons pas eu l'autorisation de réaliser d'autres interviews de joueurs comme d'habitude. Pourquoi ? Parce-que cela se passe maintenant dans les vestiaires, où notre caméra n'a pas le droit d'entrer. On nous a même proposé de faire des interviews pour la télévision, mais sans caméra. Véridique.

Mise à jour
Le club a contacté la rédaction ce mercredi matin pour expliquer la situation : l'interdiction de filmer dans les vestiaires et la présence des seuls entraîneurs en conférence de presse sont liées à des règlements Eurocup. Le CSP regrette néanmoins la réponse qui nous a été apportée sur le moment, et le manque de bon sens qui n'a pas permis de trouver une solution afin de réaliser une interview. 



 

Sur le même sujet

La Rochelle : Olivier Falorni candidat aux municipales de 2020

Les + Lus