Limoges : il court le furet...après les rats

Publié le Mis à jour le
Écrit par France Lemaire

Les rats installés au pied de certains immeubles du Val de l'Aurence n'ont qu'à bien se tenir. Une entreprise vient de lancer à leurs trousses leur prédateur naturel : le furet. Une méthode de dératisation sans produits chimiques et ancestrale.

Nuit a un petit air de peluche à la mode. Mais les rats du quartier du Val de l'Aurence à Limoges en ont une toute autre perception. 

La furette en action

Depuis ce mardi 17 mai, Alexandre Raynal, venu du Gers, dératise les abords des immeubles, à la demande de la municipalité. 

Son arme fatale : la furette. Plus petite que son homologue masculin, elle se faufile dans les galeries creusées par les rats, les tuent sur place, ou les fait fuir. Car le furet est un prédateur du rat, très performant. Nuit en est la preuve. 

Une méthode naturelle

Utiliser les furets pour dératiser est une alternative aux produits chimiques polluants. "C'est une méthode dite naturelle, qui n'utilise aucun produit, qui est efficace, qui malheureusement ne peut être utilisée que dans certains cas, en extérieur, dans des galeries naturelles faites par des rats," explique Alexandre Raynal, l'éleveur de furets. 

A la sortie des galeries, il a installé un périmètre grâce à un filet. Quand Nuit sa furette rabat les rats vers lui, il ne lui reste plus qu'à opérer quelques sauts de chat pour attraper les rongeurs, pris au piège. 

Ces rats sont ensuite placés dans une cuve, où ils sont euthanasiés avec du dioxyde de carbone. 

La méthode n'est pas très répandue, seulement trois entreprises la pratiquent en France, elle est pourtant ancestrale. 

Le furet était utilisé pendant la Rome antique pour dératiser les navires

Alexandre Raynal

L'éleveur a dressé ses furettes, mes louloutes comme il les appelle, pour les habituer à revenir jusqu'à lui, comme on peut le voir dans le reportage de Jules Boudier et de Chantal Cogne qui suit dans lequel intervient également Matthieu Parneix, conseiller municipal chargé de la santé et du développement durable à Limoges :

Les déchets

Au pied des immeubles dans ce quartier de Limoges, les rats pullulent en raison des déchets accumulés.

Ainsi Matthieu Parneix, le conseiller municipal chargé de la santé
et du développement durable espère faire d'une pierre deux coups "le 2ème but est de sensibiliser la population à la nécessité de ne pas jeter d'ordures ménagères notamment dans l'espace public, et particulièrement des déchets organiques qui attirent les rats près des habitations."

Grâce à Nuit, une dizaine de rats ont été attrapés en une matinée. Un premier bilan car l'opération de dératisation se poursuit.