Un militant limougeaud du Parti Communiste soupçonné de violences sexuelles

Dans une enquête, nos confrères du journal Le Monde révèlent des violences sexuelles subies au sein des Jeunesses communistes, évoquant notamment le cas d'une jeune militante qui aurait été victime d'attouchements de la part d'un responsable de section de Limoges.

Un limougeaud responsable de section du PCF soupçonné de harcèlement sexuel
Un limougeaud responsable de section du PCF soupçonné de harcèlement sexuel © MAXPPP/JF Bianchetto
Selon Le Monde, les faits se seraient déroulés un soir de congrès, en juin 2016 suite à une fête entre militants du Parti Communiste Français en Seine-Saint-Denis. Trois militants du Mouvement jeunes communistes de France font la connaissance de T., jeune responsable de section de Limoges.

Des attouchements répétés


Un homme de 25 ans qui propose, tard dans la soirée, aux militants de les héberger dans sa chambre d'hôtel. Les deux jeunes garçons se seraient endormis, la femme de 19 ans aurait alors subi des attouchements répétés de la part du responsable de section jusqu'à se débattre et s'enfuir au matin. 

Le responsable de section suspendu


La jeune étudiante n'a pas porté plainte après les faits mais, convoqué début décembre 2017 par le secrétaire fédéral, le jeune homme aurait reconnu avoir embrassé et touché la victime mais pas violenté. "Il m'a dit qu'il avait fait une connerie en insistant. On l'a suspendu de ses responsabilités", a précisé le secrétaire fédéral Francis Dauliac.

Plusieurs affaires de violences sexuelles auprès de militantes 


Un témoignage qui fait suite à la vague #balancetonporc qui a également frappé le mouvement communiste. Les instances du parti reconnaissent que plusieurs affaires d'agressions sexuelles ont eu lieu notamment lors de soirées militantes, de camps d'été ou d'événements nationaux. Plusieurs fédérations, dont celle de la Haute-Vienne, ont été sommées de faire le "ménage" au sein de leurs sections.

durée de la vidéo: 01 min 25
Un cas de harcèlement sexuel au PCF 87 ©F3 Limousin

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence faits divers politique parti communiste