• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Mise au jour d’un trafic de stupéfiants doublé d’extorsion à Limoges

La saisie des policiers. / © Police Nationale
La saisie des policiers. / © Police Nationale

Un limougeaud de 44 ans, défavorablement connu des services de police, a été interpellé et déféré en comparution immédiate après sa garde à vue, pour trafic de stupéfiant et extorsion à l’encontre d’un couple vulnérable.
 

Par Jean-Martial Jonquard

C’est une information anonyme, le 19 février dernier, qui a mis la Sûreté Départementale de Limoges sur la piste.

Selon cette source, un individu « au surnom bien connu des policiers et du quartier du Val de l’Aurence » revendrait du cannabis, qui plus est stocké chez un couple vulnérable qui, en outre, l’hébergerait contre son gré.
L’individu était également décrit comme violent avec eux.

Une enquête préliminaire était alors ouverte, et permettait d’établir la localisation exacte de l’appartement ainsi que l’identité du mis en cause.

Le jour même, la Sûreté Départementale se rendait à cette adresse et entrait en contact avec les locataires des lieux.
Elle constatait la présence de l’individu soupçonné, apparemment nerveuse… Et pour cause ! Il détenait effectivement 175gr de cannabis ainsi que 105 euros en numéraire.

L’homme était alors placé en garde à vue, sous le cadre juridique du flagrant délit.

L’enquête et les auditions allaient permettre aux enquêteurs d’établir que l’individu n’était pas que trafiquant de drogue, mais qu’il extorquait également le couple vulnérable, en se faisant non seulement loger gratuitement et mais également reverser la quasi-totalité d’une pension d’invalidité dont bénéficiait l’une des deux victimes !
Lors de ses auditions, le mis en cause niait tout trafic mais reconnaissait recevoir chez ses victimes ses fournisseurs de drogue. Il reconnaissait tout au plus « dépanner » gratuitement quelques copains de petits de bouts de résine.

Le Parquet décidait alors de déférer le gardé à vue ce jeudi 21 février en vue d'une comparution immédiate au Tribunal Correctionnel de Limoges, pour les faits de trafic de stupéfiants et extorsion.
 

Sur le même sujet

Emilie Beau

Les + Lus