• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Les occupants de l’ex CRDP dans l’attente d’une décision judiciaire

Repas dans les locaux désaffectés du CRDP à Limoges. / © france 3 Limousin.
Repas dans les locaux désaffectés du CRDP à Limoges. / © france 3 Limousin.

A Limoges, près de 90 migrants, dont un tiers d'enfants, vivent désormais dans les locaux désaffectés du CRDP. Le collectif qui les soutient continue d’alerter sur le manque d’hébergements d’urgence en Haute-Vienne.   

 

Par Thomas Milon

Entre 80 et 90 personnes, dont un tiers d’enfants, vivent et dorment actuellement dans les locaux désaffectés du CRDP (Centre régional de Documentation Pédagogique) à la faculté de lettres de Limoges. 

L’occupation des lieux a commencé il y a presque un an, en mai 2018. Au début, une quinzaine de personnes d’origine étrangère, tous sans abris et sans papiers, avaient trouvé refuge dans le bâtiment fermé en 2010, grâce au soutien du collectif Chabatz d’entrar. Leur nombre a depuis bien augmenté et trois enfants sont même nés.

Selon le collectif (qui regroupe une vingtaine d'associations, de partis et de syndicats), de nombreuses familles ont investi les lieux. Un tiers des enfants serait scolarisé. La vie s’est peu à peu organisée et tous les mercredis, un repas est organisé par le collectif auquel les étudiants peuvent participer.

Requête au tribunal


Le vendredi 5 avril, les occupants sont malgré tout dans l’attente d’une décision judiciaire les concernant. Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, propriétaire des lieux, a effectué une requête en référé auprès du tribunal administratif de Limoges pour demander l’expulsion du bâtiment. La collectivité voudrait le rénover le bâtiment pour établir l'Ilfomer, Institut Limousin de formation aux métiers de la réadaptation. Une première requête avait été rejetée en août 2018.

Pour le collectif Chabatz d’entrar, cette situation illustre toujours le manque d’hébergements d’urgence en Haute-Vienne :

Il faut trouver des solutions. Sur Limoges, il manque près de 200 places d’hébergements d’urgence.


Les occupants de l’ex CRDP sont originaires de Guinée, Algérie, Angola, Soudan, Afghanistan ou Albanie.      
 















 

Sur le même sujet

Le procureur de Mont-de-Marsan s'exprime sur le meurtre

Les + Lus