Plan d'urgence pour l'hôpital public : insatisfaisant pour le personnel de santé de Limoges

A Limoges, le personnel de santé a écouté avec attention les mesures annoncées par le gouvernement pour l'hôpital ce mercredi 19 novembre 2019 / © Romain Burot
A Limoges, le personnel de santé a écouté avec attention les mesures annoncées par le gouvernement pour l'hôpital ce mercredi 19 novembre 2019 / © Romain Burot

Le gouvernement a présenté ce mercredi 20 novembre 2019, son plan d’urgence pour l’hôpital public. Des mesures très attendues en Limousin par le personnel de santé mais qui semblent encore insuffisantes. 
 

Par Margaux Blanloeil

Après des années de restrictions budgétaires, et huit mois d’intense mobilisation du personnel hospitalier, le premier ministre Edouard Philippe et la ministre de la santé Agnès Buzyn ont présenté ce mercredi 20 novembre 2019 leur plan d’urgence pour l’hôpital. Une rallonge budgétaire, une reprise partielle de la dette et des primes ont été annoncés.
 
  • Reprise de la dette

Edouard Philippe a déclaré que la dette de l’hôpital serait reprise partiellement : 10 milliards d’euros sur trois ans, c’est-à-dire environ un tiers de la dette globale qui s’élève à un peu plus de 30 milliards d’euros.
 
  • Rallonge budgétaire 

Le premier ministre a ensuite annoncé pour le budget de l’hôpital une augmentation de 0,2% par an, c’est-à-dire une rallonge de 300 millions d’euros dès 2020, soit 1,5 milliard supplémentaire sur les trois prochaines années.
 
  • Des primes :

La ministre de la santé, Agnès Buzyn, a énoncé des mesures salariales et d'autres concernant l’attractivité du personnel de santé.
Il n’est pas prévu de revaloriser les salaires mais le gouvernement annonce des primes pour les soignants.
  • Une prime de 800 euros par an pour les 40 000 infirmiers et aides-soignants de la région parisienne qui gagnent moins de 1 900 euros mensuels.
 
  • Une prime professionnelle « pour récompenser l’engagement et l’investissement professionnel », pour la qualité des soins et des services de 300 euros par an. Les modalités restent à définir mais cette prime pourrait concerner 60 000 personnes.
 
  • Enfin, une prime de 100 euros net mensuel dès 2020 sera adressée aux personnels des ehpads.


" Des miettes", selon les soignants ces mesures restent insuffisantes


A Limoges, ce mercredi matin, les déclarations du gouvernement n'ont pas laissé sans voix les syndicats. 

Florence Metge, secrétaire générale de la Cgt du CHU de Limoges et du département de la haute-vienne santé s'annonce décue de ce plan attendue depuis des mois.

Ce sont des miettes, c'est malheureusement ce à quoi on s'attendait, quelques euros de prime pour les aides-soignants mais ce n'est pas ce dont nous avons besoin. Tous les salariés sont en difficulté à l'hôpital, les agents techniques, administratifs sans lequel l'hôpital ne tourne pas. C'est une revalorisation globale des salaires que nous demandons.

 
Florence Metge juge insuffisantes les mesures annoncées par le gouvernement
Florence Metge, secrétaire générale de la Cgt du CHU de Limoges et du département de la haute-vienne santé s'exprime sur le plan d'urgence pour l'hôpital public annoncé ce mercredi 19 novembre 2019 par le gouvernement. - France 3 Limousin - Romain Burot et Robin Spiquel

Après ces mesures que les syndicats considèrent comme de "l'enfumage", une prochaine mobilisation pourrait avoir lieu le samedi 30 novembre 2019.
 

Sur le même sujet

Les + Lus