Record de France du taux d'épisiotomies à la clinique des Emailleurs de Limoges

Le taux d'épisiotomie le plus élevé de France en 2016 a été enregistré à 45% à la clinique des Emailleurs de Limoges / © Pixabay
Le taux d'épisiotomie le plus élevé de France en 2016 a été enregistré à 45% à la clinique des Emailleurs de Limoges / © Pixabay

"Episiotomie : pourquoi de tels écarts entre les maternités ?", c'est la question que s'est posée le journal le Monde daté du 31 janvier 2018. Le plus fort taux enregistré en France en 2016 est de 45% à la clinique des Emailleurs de Limoges. Etat des lieux et explications.

Par Annaick Demars

 Le journal Le Monde a publié mercredi 31 janvier 2018 les chiffres des pratiques chirurgicales en France pour 2016 et notamment de l'épisiotomie.

Cette étude fait suite à une vague de dénonciations "des violences obstétricales" par des patientes dès l'été 2017 sur les réseaux sociaux. Un phénomène qui s'inscrit plus largement dans un contexte de lutte contre les violences faites aux femmes.

QU'EST-CE-QUE L'EPISIOTOMIE ?

Il s'agit d'une incision du périnée au cours de l’accouchement pour faciliter la sortie du bébé. Pour mieux visualiser cette procédure, voici un schéma réalisé pour la clinique du Mousseau à Evry :


Schéma réalisé pour la Clinique du Mousseau (Evry) / © Clinique du Mousseau
Schéma réalisé pour la Clinique du Mousseau (Evry) / © Clinique du Mousseau


En Limousin, les pratiques diffèrent parfois fortement d'une maternité à l'autre. Si l'hôpital de Guéret est dans la moyenne nationale (autour de 20% d'épisiotomies sur l'ensemble des accouchements), à Brive, le taux monte déjà à 29% et il est de plus de 33% à l'hôpital mère-enfant de Limoges.

Mais le chiffre le plus élevé sur toute la France, on le trouve à la maternité de la clinique des Emailleurs, puisqu'elle enregistre un taux de 45% d'épisiotomies en 2016. Une situation qui a évolué depuis et qui s'explique par différents éléments détaillés dans ce reportage d'Emmanuel Denanot et Valérie Agut : 


 

Sur le même sujet

48 heures après la mort d'un trentenaire frappé par des adolescents à Pau, où en est l'enquête ?

Les + Lus