• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Satire, parodie et diffamation sur les réseaux sociaux de plus en plus confrontés à la Loi

© Fréderic Cirou/Alto Press, MaxPPP
© Fréderic Cirou/Alto Press, MaxPPP

Après la plainte déposée par quatre élus de la majorité municipale de Limoges, la question du contrôle judiciaire de la liberté d'expression sur les réseaux sociaux est une fois de plus posée.

Par Pascal Coussy

Peut-on tout dire sur les réseaux sociaux, mais surtout, peut-on le faire de façon anonyme?

Telle est la question une nouvelle fois posée après les plaintes déposées par le maire (Les Républicains) de Limoges Emile-Roger Lombertie, son premier adjoint (Les Républicains), Guillaume Guérin, l'adjoint à l'urbanisme (PR/UDI), Vincent Léonie et l'adjointe (sans étiquette) au développement durable Latifa Rahmaoui.

Ces plaintes contre X pour détournement d'image et diffamation ont été déposées après la publication d'images et de messages sur Twitter et Facebook par le compte "Emile Rejet Lomberti", un compte parodique et anonyme consacré à la vie politique locale de Limoges.

Depuis très longtemps, afin de garantir la liberté d'expression, la loi française permet la caricature, la satire, la parodie, la polémique et le blasphème.

Mais avec l'avènement des réseaux sociaux, l'expression de ces opinions se fait de plus en plus de façon anonyme.
Et même sous couvert d'un pseudonyme, les propos portant atteinte à l'honneur ou à la considération d'une personne sont considérés comme de la diffamation et punis par la loi.

Il n'y a donc pas de zone de non droit sur internet. Mais les réseaux sociaux rendent plus complexes l'identification des auteurs d'un message.

pas de zone de non droit sur les réseaux sociaux ...



A Limoges, dans le débat municipal, des comptes parodiques et anonymes comme "Emile-Rejet Lombertie" ou "Limoges Reconquète" sont très actifs ces derniers mois pour critiquer la politique de la majorité.

Mais à part quelques exceptions comme Philippe Reilhac, les élus de l'opposition sont en revanche moins actifs sur les réseaux sociaux pour exprimer leur opinion en utilisant des comptes sous leur propre nom.

VIDEO : le dossier d'Isabelle Rio et Samuel Chassaigne
Loi et expression sur les réseaux sociaux
Après la plainte déposée par des élus de la majorité municipale à Limoges, le point sur la façon dont la loi règlemente la parodie et la diffamation sur les réseaux sociaux. Reportage : Isabelle Rio, Samuel Chassaigne, Christelle Reynhard. Intervenants : Me. Joël Frugier : avocat au Barreau de Limoges, Me. Pierre Fargeaud : avocat au Barreau, spécialiste en nouvelles technologies - Isabelle Rio, Samel Chassaigne



A lire aussi

Sur le même sujet

Convention Education nationale - Seaska

Les + Lus