• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Suppression du numérus clausus : les réactions à Limoges.

La faculté de médecine et de pharmacie de Limoges / © Cécile Descubes
La faculté de médecine et de pharmacie de Limoges / © Cécile Descubes

Le gouvernement a annoncé  la suppression du numérus clausus dès la rentrée 2020. Il limitait le nombre d’étudiants admis en seconde année d’étude de médecine. Réactions à Limoges
 

Par Franck Petit

Le numérus clausus découle d’une loi de 1971. Il permettait jusqu’à aujourd’hui de fixer le nombre d’étudiants admis en seconde année de médecine par arrêté ministériel. Ce système était satisfaisant tant pour le gouvernement que pour les médecins au début des années 70.

Mais les années ont passé et on s’est rendu compte qu’à trop vouloir réguler la population médicale, on avait créé une pénurie de soignants. Celle-ci touche entre autres le nord de la France et des régions très rurales comme le Limousin.
 

Suppression du numérus clausus

Le président de la République a promis de réformer le système de soins dans sa globalité pour favoriser leur accès partout en France. Dès la rentrée 2020, le numérus clausus sera donc supprimé. Le redoutable concours limitant le nombre d’étudiants en seconde année d’études de médecine, sages-femmes, dentaire ou de pharmacie n’existera plus.

Malgré tout, la ministre de la santé précise qu’elle n’abandonnera pas toute forme de régulation. Il y aura donc toujours une forme de sélection en fin de première année.

Les réactions à Limoges : 

Sur le même sujet

Incendie à Notre-Dame-de-Paris : Colossus, le robot des pompiers fabriqué à La Rochelle dans la fournaise du brasier

Les + Lus