Terrasses : une réouverture « au cas par cas » à Limoges

Cafés, bars, restaurants… Ils vont enfin pouvoir rouvrir, du moins en partie, leurs terrasses, ce mercredi 19 mai. Mais pas tous de la même façon ! Alors que beaucoup se préparaient déjà ce lundi à Limoges, à leur demander, le seul point commun était : « on fera comme on pourra »…

La place de la République à Limoges prépare ses terrasses pour la réouverture du 19 mai.
La place de la République à Limoges prépare ses terrasses pour la réouverture du 19 mai. © Particulier

Depuis plusieurs semaines, professionnels et consommateurs ont « cerclé » de rouge sur leurs calendriers cette date, si attendue, si symbolique : celle du 19 mai.

On le sait, au-delà de la première extension du couvre-feu, au-delà de la réouverture des commerces « non-essentiels » (sic !), elle est celle où cafés, bars et restaurants vont à nouveau accueillir du public.

En partie seulement, et pas en mode « open bar ». Après l’annonce officielle, puis le temps des rumeurs, des ajustements, le gouvernement a publié le 12 mai dernier un « cahier des charges » officiel, prévoyant même le cas particulier des terrasses les plus petites.

Pourtant, si la totalité des professionnels (et un peu moins des consommateurs…) l’ont lu, un petit tour dans Limoges, ce lundi 17 mai, laissait perplexe quant à « l’uniformité » de l’application.

Petit tour aux allures déjà inhabituelles, quand un lundi, Limoges a des airs de jours fériés, où même cafés et restaurants sont bien souvent fermés… Mais en ce 17 mai, Limoges avait plutôt l’air d’une école à la veille de la rentrée scolaire : sans ses élèves, mais à l’activité bourdonnante, pour tout préparer !

Beaucoup d’établissements, avec tout ou partie de leurs personnels, étaient « sur le pont », ou plutôt, quand ils en ont, avaient leurs terrasses sur le trottoir, pour, après la théorie, voir de visu comment organiser leurs dites terrasses. Et là…

© Jean-Martial Jonquard/France Télévisions
© Jean-Martial Jonquard/France Télévisions
© Jean-Martial Jonquard/France Télévisions
© Jean-Martial Jonquard/France Télévisions
© Jean-Martial Jonquard/France Télévisions
© Jean-Martial Jonquard/France Télévisions

Nous ne donnerons pas de nom. Pas pour éviter la publicité, pas pour encourager les vertueux ni dénoncer les moins réguliers. Mais parce que, sans même avoir tendu à une parfaite exhaustivité, les réponses furent unanimes : c’est un casse-tête !

Tout d’abord, rouvrir, cela n’a pas la même signification selon qu’on ait une grande ou une minuscule terrasse. Même avec des règles adaptées.

Rouvrir juste pour le « limonadier », juste pour la restauration, ou pour un « mix » non plus.

Enfin rouvrir, même avec des protections, vu la météo annoncée de ces prochains jours…

Mais enfin, beaucoup donc vont rouvrir. Mais deux établissements, même « collés », ne le feront pas forcement de la même manière, ni pour les mêmes raisons, ni avec les mêmes moyens.

Les raisons justement. Ici, on rouvre, « parce qu’on ne supporte plus l’inactivité ». Là, « parce que ça fera toujours ça de rentré dans la caisse ». Ici encore, « parce que même à perte, ça fait comme un effet d’appel, une sorte de publicité, vous voyez, on a rouvert donc, mercredi ou dans un mois, vous pouvez venir ».

Les moyens ensuite. Cette brasserie-ci ne fera « que dans la limonade, de 14h à 21h », quand celle-là d’à-côté « ouvrira dès le café du matin, mais privilégiera exclusivement la restauration à l’heure des services ».

Les uns le feront à effectif minimum, gardant, jusqu’aux délais ultimes, les possibilités de chômage partiel,  les autres essayeront un roulement, afin de remettre « dans le bain », tout le personnel. « Je leur ai proposé le choix », nous a confié un patron, « et c’est ce qu’ils ont voulu. Mais c’est moins moi qui vais faire le planning que la météo, et il y aura forcément des matins où il faudra qu’ils restent chez eux… ».

Enfin la manière, ou plutôt, « la place ». Aucun n’a admis, et on n’a senti chez aucun, l’envie de filouter. Mais, des terrasses à moins de dix tables au plus grandes, on avait tout de même l’impression d’un « Tetris » géant !

Les moins de dix se doivent, normalement, de séparer leurs tables. Par des cloisons, par des pots de fleurs, par un « espace »… Alors ici, on a acheté des jardinières, là, on essaye de créer cet espace. Autant d’interprétations que de terrasses.

Pour les plus de dix, la jauge se fait « à 50% de l’effectif maximal du public admissible fixé par le règlement de sécurité contre les risques d’incendie et de panique dans les établissements recevant du public (ERP) de type restaurant. Elle est transposée aux terrasses pour fixer leurs capacités d’accueil. ».

Mais d’un, il faut la connaître précisément (ce qui est normalement requis), et de deux, il faut l’adapter à ce qu’on ne dépasse pas non plus les six clients par table. Tout en prévoyant un espace entre elles (ce qui correspond bien souvent à un problème, sinon de classe préparatoire, du moins à un bac scientifique…).

Bref oui, beaucoup de terrasses vont rouvrir à Limoges ce mercredi. Mais ce sera la seule constante. Parce que delà à s’y retrouver…

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie covid-19 santé société