Une formation pour devenir orthoptiste va ouvrir à Limoges

Publié le

A la rentrée de septembre 2022, un cursus d'orthoptie sera proposé sur le campus des formations sanitaires à Limoges. Ces professionnels, chargés de la rééducation oculaire, peuvent désormais prescrire des lunettes et des lentilles de contact dans certaines conditions.

En septembre prochain, l'ILFOMER (Institut limousin de formation aux métiers de la réadaptation) ourvira un 4e cursus sur le campus des formations sanitaires à Limoges : en plus de l'orthophonie, de la kinésithérapie et de l'ergothérapie, une filière orthoptie va voir le jour.

La première année, 20 places seront proposées pour cette formation qui dure 3 ans et est accessible dès le baccalauréat.
L'Institut a reçu 150 dossiers de candidatures et en a retenu 60 pour les entretiens oraux qui se déroulent ces 16 et 17 mai. Les candidats viennent de toute la France et ont des profils très variés.

"J'ai été ingénieure dans l'énergie électrique pendant 6 ans, et j'ai décidé de faire une reconversion, devenir orthoptiste car j'avais besoin d'un côté plus humain, de me sentir plus utile aux autres. Tout en gardant un côté un peu technique avec l'optique qu'on a dans l'orthoptie", explique l'une des candidates qui passait devant le jury ce lundi.

Des besoins importants

Limoges rejoint ainsi le cercle très fermé des villes qui proposent une formation d'orthoptie : Clermont-Ferrand, Tours, Nantes, Toulouse, Bordeaux... il existe au total 15 écoles en France.

Le métier d'orthoptiste est pourtant certainement un métier d'avenir. Ses compétences viennent d'être élargies par un décret du 26 avril 2022, afin de désengorger les cabinets d'ophtalmologie qui présentent des délais d'attente à rallonge.

Les orthoptistes peuvent désormais prescrire des lunettes et des lentilles de contact pour les corrections faibles, et pour des patients de 16 à 42 ans.

"Il y a un très gros besoin. La filière visuelle est en difficulté, surtout chez nous où il y a beaucoup de déserts médicaux. La télémédecine se développe, les cabinets secondaires, la délégation des tâches... Mais on manque d'orthoptistes et on se réjouit de la création de cette nouvelle filière", affirme le Pr Yves Robert, doyen de la Faculté de médecine de Limoges et lui-même ophtalmologue participant au jury de sélection des candidats.

En Limousin, on compte à ce jour une quarantaine d'orthoptistes, libéraux ou salariés d'établissements de santé. Un nombre très insuffisant pour répondre aux besoins des patients.

Ainsi, le cabinet de télé-ophtalmologie qui a ouvert en début d'année au Palais-sur-Vienne (où une orthoptiste effectue sur place les examens d'acuité visuels avant de les transmettre à un ophtalmologue en région parisienne) est déjà victime de son succès : pas de rendez-vous avant le mois d'août...

En 2020, selon Le Guide Santé, les délais pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologue en Haute-Vienne étaient supérieurs à 77 jours, idem en Corrèze. En Creuse, il n'y avait pas de rendez-vous possible faute d'ophtalmologue sur le département..