VIDÉO. Emploi : l'Éducation Nationale recrute et fait découvrir ses métiers à Limoges

Publié le
durée de la vidéo : 00h01mn32s
Les services de l'Education Nationale de la Haute-Vienne ont organisé ce mercredi 31 mai une journée de découverte des métiers qu'ils proposent, comme AESH, accompagnant d'élève en situation de handicap. ©Thomas Chollet-Lunot et Valentin Le Roux

Ce mercredi 31 mai, les services de l'Éducation Nationale en Haute-Vienne ouvraient leurs portes au public, pour faire connaître les différents métiers et les voies de recrutement possibles. Certains personnels, comme les AESH (accompagnant d'élèves en situation de handicap), sont trop peu nombreux. L'occasion, peut-être, de susciter des vocations.

Opération séduction à la DSDEN (direction des services départementaux de l'Éducation Nationale) de la Haute-Vienne. 

Alors que les candidats aux concours de recrutement de professeurs sont de moins en moins nombreux, d'autres métiers, moins connus, sont en tension et méritent un coup de projecteur.

C'est le cas des médecins et infirmiers scolaires, des AESH (accompagnants d'élèves en situation de handicap), et des assistants de service social en faveur des élèves.

Autant de métiers, avec celui plus connu, mais également en tension, de professeur des écoles, que les services de l'Éducation Nationale de la Haute-Vienne ont voulu mettre en valeur ce mercredi 31 mai en organisant une journée de découverte : panel des métiers, évolution des carrières possibles, différentes voies de recrutement, opportunités d'emploi dans le département.

Une centaine de personnes, principalement orientées par Pôle Emploi, y a participé.

AESH, un métier indispensable, mais qui reste précaire

Parmi elles, Laëticia Bayrant, une ancienne fleuriste en reconversion. Elle vient se renseigner sur le métier d'AESH. "Je pense qu'il y a un réel besoin au niveau des écoles. Il y a beaucoup d'élèves en situation de handicap, léger ou lourd. Il y a vraiment besoin d'un accompagnement. J'aimerais bien me lancer dans cette voie".

Un métier, il est vrai, indispensable pour les élèves porteurs de handicap, mais très peu valorisé et précaire, comme le dénoncent les syndicats. Le plus souvent, il ne rapporte que 700 € par mois pour une vingtaine d'heures par semaine.

"On ne peut pas en vivre, en tout cas en l'état actuel des choses", dénonce Anabel Roy, secrétaire départementale UNSA de la Haute-Vienne : "notre syndicat demande que les AESH passent à temps complet pour avoir des salaires qui leur permettent de vivre".

Elle met en avant également le manque de formation adaptée : "Il y a un panel de handicaps très important, et il n'y a pas de formation adéquate qui pourrait aller avec chacun des handicaps présentés".

Ces écueils sont connus dans la profession. D'où l'importance de promouvoir ces métiers, pour l'Éducation Nationale : "Les métiers d'AESH sont des métiers de proximité, à l'interface entre l'enseignant et l'élève, au sein des établissements. Ce sont des membres de la communauté éducative à part entière. Ils ont vraiment leur place dans nos établissements, donc c'est important pour nous de pouvoir valoriser ces missions", affirme Corinne Grizon, secrétaire générale DSDEN 87.

Lors de cette journée, chaque métier a fait l'objet d'un atelier spécifique, ouvert au grand public intéressé par une carrière dans l'Éducation Nationale et aux personnels de l'Académie qui envisagent une évolution professionnelle.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité