REPLAY. Second tour des municipales : ce qu'il faut retenir du débat entre les candidats à Condat-sur-Vienne

Le maire sortant, Bruno Genest est arrivé en tête du premier tour avec 40% des suffrages. Les deux autres listes en course se maintiennent. Celle d'Emilie Rabeteau, avec 36.5% des voix, et celle de Joseph Absi, avec 23.4% des suffrages. Ce qu'il faut retenir du débat entre ces candidats. 

© André Abalo - France Télévisions

Le débat

Voi ou revoir le débat entre les trois candidats du second tour des municipales 2020 à Condat-sur-Vienne. 
 

REPLAY. Municipales 2020 à Condat-sur-Vienne : débat d'entre-deux-tours ©France Télévisions

Ils ont dit...

Emilie Rabeteau

"Nous avons une équipe soudée. Nous avons été courtisés à l’issue de ce 1er tour. Nous sommes contents d’être arrivés à seulement 74 voix d’écart avec le maire sortant Bruno Genest. Nous voulons marquer le renouveau et le changement. Donc il n’était pas question pour nous d’ouvrir à des personnes issues de la majorité ou qui eut été aux affaire dans la majorité sortante auparavant".

"Je reproche à Mr Genest son épuisement et son essoufflement ... Je pense que pour répondre aux visions et aux enjeux actuels, il faut du renouveau. Je reproche aussi un manque de transparence, d’opacité dans la gestion"

"On pense qu’à l’automne on va avoir de la casse sociale, elle est déjà là. Le projet d’un guichet unique qui permettent aux gens qui sont démunis d’avoir un endroit où ils puissent avoir des réponses est important".

Joseph Absi :

"Avec 60% des personnes qui ont exprimé leur souhait de renouveler la gouvernance de Condat sur Vienne, à l’image de ce résultat, la majorité des membres de mon équipe ont souhaité étudier la possibilité d’alliance avec l’équipe « Condat, le temps du lien ». Après des négociations, on n’a pas pu aboutir à une alliance respectueuse".

" Les difficultés que l’on vient de vivre dans cette période montre bien que consommer local en circuit court est une priorité. Donc développer des halles fermières est un besoin impérieux. Et également développer tous les outils numériques qui permettent de rapprocher les hommes et contrôler la consommation énergétique".

 

Bruno Genest :

"On me reproche beaucoup de ne pas communiquer mais l’idée était de communiquer avec Mme Rabeteau. Je n’ai pas encore de réponse à ce jour. Les Condatois et les Condatoises me connaissent. Ce qu’ils veulent c’est avoir un maire qui soit présent, qui ait l’expérience et qui soit disponible. Je pense que je présente toutes ces garanties avec mon équipe qui a été grandement renouvelée. Une élection n’est jamais gagnée d’avance. Je travaille tous les jours sur le terrain."

"La 1re mesure que je prendrai si je suis réélu, c’est instaurer un mode de participation un peu plus élargi notamment instiller la démocratie participative. Avant la fin de l’année, je ferai un référendum d’intiative communale sur la vidéosurveillance, la vidéoprotection dans l’espace public".

 

Qui sortira vainqueur de cette triangulaire ?


C'est tout l'enjeu de ce second tour à Condat-sur-Vienne. Car aucun désistement ne s'est organisé sur la liste arrivée en troisième position au premier tour, celle de Joseph Absi. 

Comme au premier tour, les Condatois auront à choisir entre trois candidats.
 

Les scores du 1er tour :

Municipales 2020 : triangulaire à Condat-sur-Vienne

Jusqu'à présent, les triangulaires ont toujours profité au maire sortant Bruno Genest, élu puis réélu depuis 2001 à Condat-sur-Vienne. Mais pour ce second tour, la tradition pourrait être différente car la liste d'Emilie Rabeteau a obtenu seulement 74 voix de moins que celle de Bruno Genest. 

Bruno Genest brigue un quatrième mandat. Mais son électorat va-t-il commencer à s'user ? Son affaire judiciaire le mettant en cause dans une affaire de moeurs vis-à-vis de son ancienne compagne entâche-t-elle sa réputation ? De nombreuses questions se posent autour d'un éventuel nouveau mandat pour Bruno Genest.

Reste à savoir si la liste d'Emilie Rabeteau va conserver exactement les mêmes noms pour ce second tour du 28 juin. Et pourquoi n'a-t-elle pas fusionné avec la liste de Joseph Absi ?

Jospeh Absi est le candidat dissident issu de la majorité sortante. Pourquoi n'y a-t-il pas eu d'alliance possible ? Des négociations auraient eu lieu mais elles ont été difficiles à concrétiser. Emilie Rabeteau défend un positionnement assumé à gauche porté par une équipe nouvelle à Condat. 

Selon Joseph Absi, les conditions n'étaient pas réunies pour faire alliance. Le candidat à la mairie a donc décidé de défendre à nouveau ses idées et représentera ainsi sa liste au complet le 28 juin prochain. 

 

Un second tour à l'identique


La question cruciale de ce second tour des municipales à Condat-sur-Vienne se situe donc autour principalement de l'abstention. Pour qui les abstentionnistes vont-ils voter ? Le taux de participation est la question clé de ce scrutin. Mi-mars, l'abstention record de 47.32% a choqué les esprits de cette commune haut-viennoise. En 2014, elle était de 28,88 % au premier tour.

Est-ce-que les Condatois vont se motiver davantage pour ce second tour eu égard au contexte épidémique, moins présent mais toujours là ?

Selon Emilie Rabeteau "tout est encore possible". Elle estime être très proche en terme de voix du maire sortant Bruno Genest. Elle dit être la seule à "ouvrir la voie à la nouveauté". 

Joseph Absi, lui, se méfie des résultats du premier tour. Il n'est pas du tout certain de la "sincérité de ce suffrage". Tout est peut-être biaisé du fait du contexte épidémique. Ce professeur universitaire ne s'attent pas toutefois à des miracles. 

De son côté, le maire sortant, Bruno Genest mise sur son expérience, sur son travail au sein de la commune tout au long de ces 19 dernières années. Ses décisions prises pendant le confinement pour la population lui semblent avoir été à la hauteur d'une telle période de pandémie. Cela pourrait faire de l'ombre à ses adversaires car il dit s'être montré efficace.

La triangulaire est un exercice qui réussit particulièrement bien à Bruno Genest. En tout cas, à trois reprises déjà. Au second tour en 2001 et 2014 et au premier tour en 2008.

La démocratie fonctionne donc bien à Condat-sur-Vienne. Le 28 juin prochain marquera donc la rupture ou la continuité. 

 

 

200 débats grâce au réseau régional de France 3 !

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections