Un juge limousin au salon de l’agriculture de Paris

Publié le Mis à jour le

Le concours général de la race bovine limousine a eu lieu ce jeudi 3 mars 2022 à Paris. Une première pour le juge Sylvain Boyer originaire de Château-Chervix en Haute-Vienne.

La fine fleur de la race bovine limousine était dans le grand ring du hall 1 du salon de l’agriculture ce jeudi matin 3 mars 2022. Dans les gradins éleveurs, professionnels et public étaient présents.

Sous les projecteurs, quarante vaches, veaux, taureaux ont défilé pendant trois heures et demie sous l’œil avisé de Sylvain Boyer.

Grande première pour le juge limousin

Sylvain Boyer, 35 ans, est juge de la race bovine limousine depuis 2014. Pour la première fois au salon de Paris, il a pu désigner les plus belles bêtes du concours.

"C’est une belle expérience. Il faut faire ses choix et savoir ensuite expliquer les qualités et les défauts de l’animal", explique Sylvain Boyer.

Les qualités de la Limousine sont connues : finesse d’os, bassin large et régulier pour le vêlage, développement musculaire saillant, robe couleur froment vif…  

Un œil exercé

Pour décerner les neuf prix du concours général de la race bovine limousine, Sylvain Boyer s’est appuyé sur son expérience. Dans son exploitation de Château-Chervix en Haute-Vienne, il possède un élevage de 90 vaches mères. Son envie de devenir juge date de l’enfance.

"Lorsque j’étais jeune, je suivais toujours les concours. De plus, mon oncle était juge et cela me fascinait. Je me disais qu’un jour moi aussi je jugerai sur les rings."

Le salon, une consécration

Avant de devenir juge en 2014, Sylvain Boyer a passé plusieurs jours de formation au lycée agricole de La Faye à Saint-Yrieix-la-Perche (87). Son expérience l’a déjà emmené dans plusieurs pays tels le Danemark, la Hongrie ou la Sicile. Pourtant, le summum reste le salon de l’agriculture de Paris.

"Ce salon, c’est le plus grand événement agricole d’Europe. Pour un éleveur, pour un juge, venir ici c’est l’apothéose. C’est la Rolls Royce des concours."

Outre la rencontre avec le public, le salon permet également de nouer des liens avec d’autres professionnels de la race bovine limousine. Sylvain Boyer va continuer sa carrière de juge. Il espère pourquoi pas un jour mener ses propres animaux sur le Ring 1 du salon et rêver d’accrocher ses prix au fronton de son exploitation.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité