• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

10 ans de prison pour l'ancien gourou

Il avait sévi en Lot et Garonne, Robert Le Dinh a été condamné à dix ans de prison pour agressions sexuelles aggravées

Par Stéphane Compan

video title

Fin du procès en appel de Robert le Dinh

La justice et le procés en appel de Robert le Dinh . Il s'est terminé aujourd'hui par une nouvelle condamnation de celui qui fut le gourou d'une secte installée en Ariége . Il a été condamné a 10 ans de réclusion pour le viol de plusieurs de ses adeptes

Robert Le Dinh, ancien gourou d'une communauté spirituelle, a été condamné en appel à 10 ans de prison pour agression sexuelle sur deux mineures par la cour d'assises de la Haute-Garonne.

Robert Le Dinh, dit Tang, 52 ans, a en revanche été acquitté pour les autres crimes de viols dont il était accusé sur d'anciennes adeptes, majeures quant à elles, a indiqué son avocat, Me Pierre Le Bonjour.  Il a aussi été été exonéré des faits d'escroquerie, a-t-il dit.
Les assises n'ont en effet pas retenu contre lui l'abus de faiblesse, a-t-il expliqué. La défense avait plaidé l'acquittement, tentant de faire valoir que tous les membres de son groupe étaient libres de leurs choix, et le ministère public avait requis 12 ans de réclusion criminelle.
En première instance, en septembre 2010 à Foix, Tang avait été condamné à 15 ans de réclusion criminelle, pour l'ensemble des faits qui lui étaient reprochés, y compris les viols sur majeures, car l'abus de faiblesse avait été retenu par les jurés.


Ses anciennes adeptes parties civiles au procès, au côté de l'association de défense des familles et individus victimes de sectes UNADFI, avaient décrit lors des débats l'emprise mentale qu'exerçait sur elles le gourou. Pour elles, il était doté d'un "caractère divin", ce qui lui permettait d'obtenir des faveurs sexuelles mais aussi de faire financer son train de vie. L'accusé expliquait pour sa part avoir été le leader d'une communauté d'amis au sein de laquelle rien n'était imposé, et soutenait que toutes les relations sexuelles étaient librement consenties. Il démentait toute agression sexuelle sur mineure. 
Disant avoir reçu en 1982 une révélation du Christ, Tang, fils d'un ouvrier bouddhiste d'origine vietnamienne et d'une mère française catholique, dispensait des enseignements spirituels à une vingtaine de personnes, d'abord dans le Lot-et-Garonne, puis, à partir de 2005, dans l'Ariège. Son ascendant était tel qu'il conseillait les adeptes dans leur carrière, constituait les couples ou prénommait les enfants, d'après des témoins.

Sur le même sujet

Rencontre avec Marc Veyrat

Les + Lus