Affaire Benalia : 5 internautes reconnus coupables

Publié le Mis à jour le
Écrit par KJ

Cinq internautes ont été reconnus coupables d'injures à caractère racial envers Amine Benalia-Brouch

Cinq internautes ont été reconnus coupables d'injures à caractère racial envers Amine Benalia-Brouch par le tribunal correctionnel de Dax.

Cet ex-militant UMP, était apparu dans une vidéo dans laquelle l'ex-ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux avait tenu des propos polémiques sur les Arabes.

Par la suite, une vidéo tournée par M. Benalia-Brouch pour dédouaner le ministre de tout propos raciste à son encontre avait été détournée par un journaliste du Monde.fr. Il y apparaissait une arme à feu pointée sur la tête avec, en bruit de fond, des bruits de chargeurs automatiques.

Cette vidéo avait suscité de multiples messages hostiles sur internet. Cinq internautes, qui avaient traité en 2009 sur Youtube le Dacquois de 24 ans entre autres de "traître à la cause musulmane", devront verser chacun l'euro symbolique réclamé par le plaignant et 600 euros de frais de justice, deux d'entre eux écopant d'amendes de 250 et 500 euros, pour injures raciales.

En revanche, le journaliste qui avait détourné la vidéo du Landais est relaxé, tout comme le site diffuseur, à savoir Le Monde Interactif, contre lequel M. Benalia-Brouch réclamait 15.000 euros de dommages et intérêts. Lors du procès le 4 juillet au tribunal correctionnel de Dax, le journaliste s'était défendu en disant qu'il s'agissait d'humour et qu'il voulait sous-entendre que la défense du ministre était faite sous la contrainte.

Me Bertrand Defos du Rau, défenseur de M. Benalia-Brouch, s'est déclaré satisfait que l'injure raciale ait été retenue

Condamné en première instance en juin 2010 à 750 euros d'amende pour "propos outrageants" envers les Arabes, M. Hortefeux a fait appel du jugement dont la décision est attendue jeudi.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité