Europa League : Bordeaux veut enfin aimer l'anglais

© JEAN-PIERRE MULLER / AFP
© JEAN-PIERRE MULLER / AFP

Les Girondins se déplacent à Newcastle jeudi pour conforter leur place de leader du groupe D en Europa League.

Par Nicolas Morin

Le haut niveau est un éternel recommencement. Les Bordelais ont à peine eu le temps de savourer leur succès à Lyon dimanche (2-0) qu’ils ont dû basculer très vite dans la préparation du match suivant.

Et quel match ! Pour un club privé de coupe d’Europe pendant deux ans et demi, c’est une affiche de choix. Newcastle ne fait certes pas partie du Big Five du championnat anglais comme les trois formations londoniennes (Chelsea, Arsenal, Tottenham) et les deux de Manchester (United et City) mais les Magpies ont de sérieux arguments. Et notamment sur le plan offensif avec les internationaux français Hatem Ben ArfaYoan Cabaye et sénégalais Demba Ba.  

"Newcastle possède des attaquants très véloces et physiques. Nous nous attendons à un gros match, où il faudra faire preuve de solidité. Ce sera une belle rencontre dans un beau stade et contre une bonne équipe"  confie Benoit Trémoulinas. Auteur d’un but et d’une passe décisive à Lyon, le défenseur Bordelais est en pleine forme à l’image de son équipe.

Bordeaux n’est pas toujours génial, endort même parfois les spectateurs à l’extérieur mais les chiffres parlent pour le club aquitain. Il demeure invaincu championnat et Ligue Europa confondus depuis le 8 avril (défaite 2-0 à Caen). Depuis les Girondins ont enchaîné dix-sept résultats positifs, ce qui leur offre beaucoup de confiance. Car ils entendent bien poursuivre leur belle série dans le nord est de l’Angleterre.

"C’est un challenge de rester invaincu le plus longtemps possible. A Newcastle, on s’attend à un match difficile mais nous irons là-bas pour gagner. La coupe d’Europe est un objectif important pour nous" explique Francis Gillot. Pour préparer son deuxième des trois déplacements de la semaine (après Lyon et avant Brest dimanche), l’entraîneur de Bordeaux pourra puiser une motivation supplémentaire dans l’histoire européenne de son club. En huit confrontations avec une formation anglaise, les Bordelais n’ont jamais gagné un seul match (deux nuls et six défaites). Le moment est venu d’entrer dans l’histoire et de montrer que Bordeaux aime enfin l’anglais.

Sur le même sujet

Les + Lus