• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

C'est la rentrée !

468 480 élèves font leur rentrée ce lundi matin dans l'académie de Bordeaux... et autant parents stressés.

Par HJ

video title

video title

Bordeaux : la rentrée dans une section russe

Rentrée un petit peu particulière au lycée Camille Julian à Bordeaux avec l'ouverture d'une section internationale de langue russe, la seule en Aquitaine. Filière qui compte neuf élèves.

Ils sont plus de 12 millions, de la maternelle au lycée, à retrouver les bancs de l'école, en cette rentrée marquée par quelques nouveautés et de nouvelles suppressions de postes dont les effets se font de plus en plus sentir sur les conditions d'enseignement.

L'entrée en vigueur de la réforme du lycée en classes de première, des expérimentations comme l'autonomie de recrutement d'enseignants, mais aussi la lutte contre le harcèlement ou de nouvelles sanctions contre la violence comptent parmi les innovations de cette rentrée.

Le ministre Luc Chatel a voulu "rassurer" les parents lundi en assurant sur France 2 que la rentrée scolaire "va bien se passer sur le plan administratif et technique". Jeudi, il avait dressé un bilan des réformes depuis 2007, en "assumant" les dizaines de milliers de postes d'enseignants supprimés.

Syndicats d'enseignants et chefs d'établissement dénoncent une rentrée aux conditions de travail dégradées du fait de "la poursuite de la liquidation de la formation des enseignants" (SE-Unsa, primaire et secondaire) et des 16.000 postes supprimés par rapport à l'an dernier.

Le nombre d'élèves par classe qui augmente, des dispositifs de lutte contre l'échec scolaire (Rased), les postes de conseillers pédagogiques et d'intervenants en langues étrangères supprimés... La tendance est à l'économie.

En collèges et lycées, la suppression de 4.800 postes tombe mal alors que les écoles doivent accueillir environ 40.000 élèves de plus, selon Luc Chatel, le double selon le Snes-FSU. Avec les 14.000 suppressions à venir en 2012, quelque 80.000 postes auront disparu au cours du quinquennat 2007-2012 dans l'Education nationale, qui pèse pour 60 milliards d'euros, soit 21% du budget de l'Etat.

L'enseignement privé est lui aussi touché (1.433 postes en moins), si bien que les syndicats du secteur ont décidé de se joindre à l'appel à la grève unitaire lancé dans le public pour le 27 septembre. Avant cela, les élus communistes ont appelé à une semaine d'actions à travers la France de lundi à vendredi.

Sur le même sujet

Boulevard des Airs : c'est beaucoup de plaisir

Les + Lus