Dordogne : la graisse de canard dans le réservoir

Nouveau débouché pour la graisse qui dégorge des confits : les réservoirs des véhicules agricoles. En test en Dordogne.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
video title

Dordogne : biocarburant à la graisse de canard

On connaissait les moteurs fonctionnant à l'huile de friture. Désormais, certains tracteurs du Périgord pourraient sentir le confit. Leur carburant n'est autre que du gras du canard récupéré grâce à une filière locale. Un reportage de nos confrêres de France 2, Francis Mazoyer, Philippe Dumail.

Ingrédient incontournable de la cuisine du Sud-Ouest, la graisse de canard a un autre débouché depuis que des agriculteurs de Dordogne soucieux d'écologie l'utilisent pour fabriquer du biodiesel qui alimente, à titre expérimental, leurs véhicules.

"L'idée, c'est de ‘bouffer’ moins de pétrole en créant de l'énergie avec ce qu'il y a dans nos fermes", a expliqué à l'AFP Jules Charmoy, qui élève en bio des vaches à Saint-Aquilin, près de Périgueux. Membre d'une coopérative d'utilisation de matériel agricole (Cuma), il a initié cette expérimentation en 2009 avec un autre agriculteur, Benoît Delage. Ils ont sollicité il y a quelques mois une autorisation auprès des douanes. Depuis, la Cuma fait tourner trois de ses véhicules (un camion, une voiture et un tracteur) avec un biodiesel à base de graisses de canard ou de porc et d'huiles de friture.

Le gras est notamment récolté chez des restaurateurs périgourdins qui peinent souvent à s'en débarrasser. Avec un "gisement théorique" annuel estimé entre 1.000 et 1.500 tonnes, le département laisse entrevoir un potentiel prometteur de 1.000.000 de litres de biocarburant par an, explique M. Charmoy. "Notre démarche n'est pas économique mais éthique" et environnementale, le biodiesel étant largement moins polluant que les carburants classiques, insiste l'éleveur.