E. Coli : une patiente est morte à Bordeaux

Publié le Mis à jour le
Écrit par Hélène Chauwin

Hospitalisée au CHU depuis le 24 juin, elle bénéficiait du nouveau médicament. Elle est décédée la nuit dernière.

video title

video title

Bordeaux: une patiente décède de l' E.Coli

La nuit dernière, d' une femme de 78 ans victime de la bactérie E Coli . Elle était hospitalisée depuis le 24 juin à Bordeaux et son état de santé ne cessait de s'aggraver. Premier décès du genre en France depuis la série de contamination qui touche notre pays.

video title

Bordeaux : le premier décès du à E.Coli

L'une des patientes hospitalisées en réanimation à Bordeaux après la série d'intoxications liées à la bactérie E Coli est morte. Information ce matin de l'Agence réginale de la Santé. Les détails

Dans un communiqué, l'Agence Régionale de santé précise que la femme, âgée de 78 ans, souffrait d'une forme sévère de syndrome hémolytique et urémique (SHU).  Elle avait fait l'objet d'une prise en charge intensive dans le service de réanimation.  Aucun lien n'a été établi avec la fréquentation du centre de loisirs de la petite enfance de Bègles.

Une patiente est sortie

En revanche, une autre patiente,  une femme de 72 ans, admise mardi pour des diarrhées sanglantes, est sortie de l'hôpital  mercredi. Elle était soignée à l'hôpital militaire Robert-Piqué depuis mardi. Elle aurait consommé des graines germées le 14 juin dans un cadre privé, contrairement à au moins six autres malades qui ont consommé des graines germées saupoudrées sur des soupes le 8 juin lors d'une kermesse dans un centre de loisirs à Bègles, dans la banlieue de Bordeaux.

Egalement admis lundi à Robert-Piqué pour des diarrhées sanglantes, un homme de 53 ans avait déjà pu sortir mardi.

Etat stable pour les 7 autres patients

Sur les dix patients admis à l'hôpital depuis la fin de la semaine dernière à Bordeaux, 7 restent donc hospitalisées au CHU pour un syndrome hémolytique et urémique (SHU) . 5 sont en néphrologie et leur état est toujours "stable", selon l'Agence Régionale pour la santé. Les analyses ont confirmé que la bactérie d'E.coli qui les avaient affectés était de souche O104:H4, la même que celle retrouvée en Allemagne et à l'origine de près de 48 décès outre-Rhin.

Dimanche dernier, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, avait indiqué qu'à Bordeaux, il semblait s'agir "à 99 %" de cette même souche.

Selon les résultats d'une enquête épidémiologique conduite par la cellule régionale de l'Institut national de veille sanitaire (INVS), 13 personnes, dont deux jeunes enfants, ont également présenté des troubles intestinaux sans gravité et font l'objet d'un suivi médical, a ajouté l'ARS.

A lire les recommandations du ministère de la santé pour prévenir les infections à l'E.Coli.

C'est le premier cas mortel en France

La souche O104:H4 de la bactérie E.coli entérohémorragique (Eceh) avait fait jusqu'à ce jour 48 morts en Allemagne, un en Suède et un aux Etats-Unis, portant le bilan à 50 décès.

Selon l'OMS, 4.050 cas d'infections ont été confirmés dans 16 pays (14 pays européens,

le Canada et les Etats-Unis), dont plus de 3.900 rien qu'en Allemagne.

Le nombre de nouveaux cas recensés baisse régulièrement depuis le pic de l'épidémie le 30 mai, ont souligné les autorités sanitaires allemandes.

La souche qui a tué la patiente bordelaise est la souche O145, rare mais non exceptionnelle.



En France, 8 enfants âgés de 18 mois à huit ans avaient été hospitalisés à Lille, dans le Nord au début du mois de juin. . Ils avaient été infectés par la souche virulente E. coli O 157. La consommation de viande hachée de la marque Steak Country était à l'origine de la grave intoxication alimentaire par une bactérie. 

Pour l'un d'entre eux, le pronostic vital avait été engagé. Leur état s'était peu à peu stabilisé. Ils sont toujours hospitalisés.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité