La contrefaçon coule à flots en Chine

© Jean-Pierre Stahl, Jean-Michel Litvine
© Jean-Pierre Stahl, Jean-Michel Litvine

Les propriétaires de châteaux sont eux aussi confrontés à l'imitation.

Par S.V

video title

Vinexpo s'intéresse à la contrefaçon chinoise

Les producteurs de vin sont de plus en plus sensibiliser à la nécessaire sécurisation de leurs vins et appellation face aux sources nombreuses de contrefaçon, notamment en Chine. Ils en parlent au Salon international du vin de Bordeaux, Vinexpo, qui fermera ses portes ce soir à Bordeaux.

On connaissait les faux dans la maroquinerie, en matière de montres de luxe ou dans l'habillement, on s'attendait moins à voir cette spécialité chinoise envahir le monde du vin.

Et pourtant, depuis quelques années maintenant, les chinois n'hésitent pas à copier les étiquettes de grands crus classés, en y glissant des fautes énormes : chatreal pour château ou en mélangeant crus et appellations comme "Cheval Blanc" et "Beychevelle" produits dans le Languedoc.

Les fraudeurs asiatiques ont commencé par copier les grands vins, ils s'attaquent aujourd'hui aux petits Bordeaux qui ont réussi à développer leurs ventes et une notoriété sur place. La société qui commercialise le cru dépose la marque en Chine, se l'approprie, copie le vin et le vend à un prix très inférieur à son prix d'origine.

Il arrive aussi que des bouteilles de grands crus une fois consommées soient reconditionnées.

Les producteurs, petits et grands, sont sensibilisés au problème mais restent encore relativement impuissants. Pour tenter de sécuriser les bouteilles, le CIVB travaille sur des vignettes avec Flashcodes, lisibles par des smartphones.

Sur le même sujet

Les riverains inquiets sur le Bassin de Lacq

Les + Lus