La désillusion pour Biarritz

Le BO, battu par le Stade Français 23 à 10, s'enfonce au classement. Patrice Lasgiquet pourrait démissionner.

Par Hélène Chauwin

video title

video title

Top 14 : soirée catastrophe pour les Aquitains

Résumé de cette 13ème journée de Top 14 catastrophique pour les clubs aquitains. Agen, UBB et surtout Biarritz ont perdu. Seul Bayonne décroche un nul à domicile.

La 13e journée a été glaciale pour les Biarrots, inexsitants sous la pluie parisienne. Les Basques alignent une neuvième défaite. Ils sont désormais à six points du premier non relégable Bordeaux-Bègles (21 pts contre 15).

Les blessures d'Eric Lund, Terrain, Johnstone, Harinordoquy, Gray et Watremez ont amenuisé les avants basques. Constamment sous pression en première période, ils ont laissé Dupuy prendre les points au pied (6-0, 13). Le BO restait cantonné dans son camp.

Papé trouvait même la faille, récompensant ainsi plusieurs temps de jeu parisien dans les 22 mètres biarrots (13-0, 19).

Réaction d'orgueil du BO avant la mi-temps. Mais les Basques gâchaient deux pénaltouches (33, 35) : un comble. La touche était le seul secteur efficace des Basques (7 sur 7 avant la 33e).
 

Au retour de la pause, Paris continuait sur le même rythme. Contepomi transperçait la défense et aplatissait sous les poteaux (23-3, 46). Le public parisien, entonnait un " Petit papa Noël " avant l'heure, remerciant ainsi la passivité biarrote.

L'essai de Van Staden, en force, peu avant l'heure de jeu n'était qu'anecdotique (23-10, 58). Les deux équipes ne parvenaient plus ensuite à produire de jeu alors que la pluie redoublait. Le BO avait la possession mais était stérile et manquait en toute fin de match d'inscrire l'essai du bonus défensif, malgré le bon travail de ses avants.

La "colère froide" de Lagisquet

Patrice Lagisquet, a prévenu que le prochain match du club basque contre Toulon sera " la dernière limite ". Après la défaite (23-10) du BO face au Stade Français, vendredi à Paris, le directeur du rugby de Biarritz, a laissé planer le doute sur son avenir.

" On va voir si on peut réagir (contre Toulon, NDLR). La semaine prochaine, pour moi c'est la dernière étape, la dernière limite ", a déclaré Lagisquet devant la presse, se disant pris d'une " colère froide ".

" Le rugby est un sport de combat collectif (...), si je ne suis pas capable de transmettre ça, le constat sera fait par d'autres personnes ", a-t-il continué, avant de préciser: " le président (Serge Blanco) prendra les décisions ".

 En cas de nouvelle défaite en Top 14, " vous poserez les questions au président ", a-t-il lancé aux journalistes.

Ca me rend malade

" Il y a des joueurs généreux et à côté, il y a des joueurs qui regardent, qui ne font pas les efforts (pour le collectif). Aujourd'hui, il y a des joueurs qui se foutent de l'avenir du Biarritz Olympique. (...) Je le vis très mal, mais je ne suis pas persuadé que tout le monde le vive très mal. (...) Ca me rend malade ", a-t-il déploré.
 " Il y a des gens sur le terrain qui mettent ce club en péril", a-t-il insisté. " Je ne pensais jamais connaître cette situation ", a-t-il dit, à propos de la place de lanterne rouge du BO.

Sur le même sujet

Interview de Bruno Belin, président du conseil départemental de la Vienne

Les + Lus