Le bras de fer Royal/Falorni se durcit

Les appels des dirigeants nationaux du PS demandant à O.Falorni de se désister ne changent rien. Le duel aura lieu.

Par Christine HINCKEL

Olivier Falorni (DVG) l'a affirmé dès dimanche soir, il est hors de question pour lui de retirer sa candidature pour laisser le champ libre à Ségolène Royal dans la 1ère circonscription de Charente-Maritime.

"Elle veut être candidate unique.Cà, c'était du temps de l'URSS, pas dans la France du 21ème siècle" a déclaré Olivier Falorni qui est arrivé 3 points derrière Ségolène Royal (PS) à l'issue du 1er tour.

Un score qui peut laisser tous les espoirs au candidat dissident du PS. Et le front rochelais "Tout sauf Ségolène" s'est clairement mis en état de marche dès hier avec l'appel de Dominique Bussereau demandant aux électeurs de droite de voter pour Olivier Falorni.

Le même Olivier Falorni qui a reçu au cours de la soirée les félicitations de Jean-Louis Léonard, candidat UMP dans la 2ème circonscription.

                               Le "parti de la Charente-Maritime"

Un soutien que les élus de droite du département et de la région avec JP Raffarin justifient en mettant en avant "le parti de Charente-Maritime". Dominique Bussereau a appelé à voter pour un candidat "charentais maritime".

Un appui de la droite qui pourrait peut-être se retourner contre Olivier Falorni, en décourageant certains de ses électeurs de gauche.

Ce matin, Martine Aubry, première secrétaire du PS, a à son tour demander à Olivier Falorni de se désister en faveur de Ségolène Royal estimant "qu'il n'est pas acceptable qu'un camarade" se fasse élire avec des voix de droite. Mais une question se pose désormais, quel parti, olivier Falorni choisit-il aujourd'hui?

Le bras de fer Royal/Falorni se durcit

Sur le même sujet

Les + Lus