• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Les étudiants doivent travailler

© France 3
© France 3

Selon une enquête du syndicat étudiant l'UNEF, étudier coûte de plus en plus cher.

Par HJ

video title

BORDEAUX, La vie étudiante coûte cher

A quelques jours de la rentrée scolaire, gros plan sur les difficultés des étudiants qui doivent casser leur tirelire cette année avec un coût global qui aurait augmenté de 4%.

Quelques semaines avant la rentrée, les étudiants se trouvent face à un épineux problème : comment financer le coût de leurs études ? Loyers qui augmentent, frais d'inscription en faculté revus à la hausse, sans compter le resto U, les livres... De plus en plus d'étudiants doivent travailler.

Heureusement, tout n'est pas noir et le gouvernement a concédé un geste pour les étudiants boursiers, en acceptant le principe du 10e mois de bourse. "Les versements commenceront dès la première quinzaine de septembre", a annoncé jeudi le ministre de l'Enseignement supérieur Laurent Wauquiez, alors que le financement était jusqu'alors incertain. Durant l'été, le ministre de l'Economie François Baroin avait émis des réserves sur la possibilité de financer cette promesse, en raison des impératifs de maîtrise du déficit budgétaire.

Le 10e mois de bourse, mesure estimée à environ 160 millions d'euros par an, est une revendication de longue date des organisations étudiantes, en particulier la première d'entre elles, l'Unef. "Par ce signe politique fort, le gouvernement montre qu'il ne mène pas une politique d'austérité aveugle et qu'il n'est pas sourd aux réalités du terrain", a encore dit M. Wauquiez.

Jusqu'en 2009, les bourses étudiantes n'étaient versées que sur neuf mois (octobre-juin). Les organisations se sont battues pour obtenir un 10e mois, car les universités

ont peu à peu rallongé l'année de cours et surtout parce que le mois de septembre est celui de frais lourds (loyer, caution, sécurité sociale, frais d'inscriptions...).

Laurent Wauquiez a rappelé que les boursiers étaient passés de 470.000 en 2007 à 600.000 en 2011, le gouvernement ayant créé un échelon "0", avec exonération des frais d'inscriptions.

Sur le même sujet

La bicok, la micro-maison landaise qui a tout d'une grande

Les + Lus