Les grévistes bloquent Intermarché

Près d'Agen, les salariés en grève d'une pâtisserie industrielle, fournisseur d'Intermarché, bloquent le dépôt.

Par Régions

video title

LOT ET GARONNE, Salarié de la ronde des fraicheurs

Interview de l'un des salariés en grève de La Ronde des Fraîcheurs qui livre pour Intermarché.

Des salariés de La Ronde des Fraîcheurs, pâtisserie industrielle basée à Estillac (Lot-et-Garonne) et fournisseur du groupe Intermarché, bloquaient mercredi le site de l'entreprise, au 14e jour de leur mouvement de grève.

"Depuis 4h ce matin, aucun véhicule ne circule. Il n'y a plus de production car il n'y a plus d'entrées ni de sorties. Le personnel non gréviste a été renvoyé chez lui par la direction", a précisé Abib Gargat, délégué du personnel.

Une quarantaine d'ouvriers de la chaîne de production de cette entreprise qui emploie 86 personnes, en majorité des femmes, à temps complet, et dont les effectifs peuvent atteindre 150 employés en période de forte production, ont cessé le travail depuis le 11 août.

Ils réclament une augmentation des salaires ainsi que le paiement des temps de pause et celui consacré à l'habillage et au déshabillage pour le travail en chambre froide, estimés au total à 40 minutes par jour. "Les réelles négociations ont commencé hier (mardi). Au final, la proposition de la direction, c'est 1,25 euros brut d'augmentation par mois, soit 15 euros par an. C'est inadmissible", a estimé Abib Gargat.

Selon le délégué, les salariés grévistes, qui réclamaient une augmentation de 10% du taux horaire, avaient accepté de négocier sur la base d'une augmentation de 4,5% échelonnés sur six mois. "Nous avons essayé depuis la semaine dernière d'interpeller le groupe Intermarché pour obtenir au moins un début de dialogue. Nous voulons qu'un responsable d'Intermarché vienne sur le site avec des propositions concrètes", a déclaré sur place Hervé Kerihuel, représentant de l'union départementale CGT. Contactée, la direction de La Ronde des Fraîcheurs, qui travaille exclusivement pour Intermarché, n'a pas souhaité réagir.

Sur le même sujet

Fraude à la licence IV : les commerçants de Sarlat s'inquiètent

Les + Lus