Les salariés se sentent "trahis" par Renault

Les salariés de la Fonderie viennent d'apprendre que Renault envisageait la délocalisation de la fabrication.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
video title

Ingrandes (86): la fonderie toujours en grève

A Ingrandes (86), les salariés de la Fonderie du Poitou Alu vivent leur 8ème semaine de grève.Après la décision du tribunal de commerce de Nanterre, le travail n'a pas repris et pour cause : les mauvaises nouvelles semblent s'abattre sur les salairés du site, la dernière provient du groupe Renault.

Les grévistes d'Ingrandes sont tombés de haut en découvrant cette information, eux qui avaient placé tous leurs espoirs dans la reprise du site par le groupe Renault.

Ils affirment aujourd'hui que Renault et Montupet, le dernier propriétaire, voulaient organiser la délocalisation de la production de culasses faite dans la Vienne en Bulgarie.

Ce mardi, c'est un immense sentiment de déception qui a submergé l'assemblée générale des salariés en grève depuis maintenant huit semaines. La reprise du travail a été ajournée.

Syndicats et élus seront reçus jeudi prochain pour un nouveau rendez-vous avec Eric Besson au ministère de l'Industrie.

Quelques jours après la décision du tribunal de commerce de Nanterre qui a prononcé le redressement judiciaire avec un délai de six mois pour l'entreprise, le conflit est loin d'être réglé.

Lire aussi: Fonderie du Poitou Alu, plus de 2000 manifestants