Meurtrier présumé de Nay : contrôle strict

La cour d'appel de Pau ordonne un contrôle judiciaire très strict au suspect du meutre de Jérémy Censier en 2009.

Par Pascale Conte / JS / AFP

video title

video title

Nay: des parents publient le rapport d'autopsie

Les parents du jeune Jérémy Censier, mort dans une bagarre en aout dernier, ont décidé de publier le rapport d'autopsie pour faire pression sur la justice.

Placé en détention provisoire, le jeune homme aujourd'hui âgé de 20 ans, mineur au moment des faits, est soupçonné d'avoir mortellement poignardé le 22 août 2009 Jérémy Censier, un jeune gersois de 19 ans. Il avait été relâché à la mi-septembre sur un problème de procédure, à la suite d'une décision en ce sens de la Cour de cassation.

La cour d'appel de Pau a ordonné au jeune homme de se présenter deux fois par semaine, les lundis et les jeudis, au commissariat de police de Mont-de-Marsan, dans les Landes.

Il ne doit pas paraître dans les départements du Gers et des Pyrénées-Atlantiques sauf pour y rencontrer ses avocats et assurer sa défense. Il doit s'abstenir de contacter ou de rencontrer ses co-mis en examen, les témoins dans faits et les parties civiles. Son avocate, Me Denise Pombieilh, a indiqué à une correspondante de l'AFP que "ce contrôle judiciaire était conforme au dossier et serait respecté".

L'ensemble des procès verbaux de garde à vue annulé

La cour de de cassation avait annulé fin septembre l'ensemble des procès-verbaux de garde à vue du meurtrier présumé de Jérémy Censier. Ce jeune gersois de 19 ans avait été mortellement poignardé lors des fêtes de Nay en août 2009.

Les avocats du principal suspect avaient fait valoir la réforme de la garde à vue entrée en vigueur au printemps dernier. Se basant sur la convention européenne des droits de l'homme, ils ont saisi la Cour de Cassation et ont fait valoir que leur client n'était pas assisté d'un avocat lors de son interrogatoire pendant sa garde à vue. La Cour de Cassation vient de leur donner raison. Tous les procès verbaux d'audition du principal suspect sont donc annulés y compris les aveux obtenus en garde à vue.

Il y a deux semaines, le 15 septembre 2011, ce principal suspect S.G. avait été remis en liberté sur décision de la Cour de Cassation, pour un vice de procédure. Il a été libéré pour non respect des délais, après deux années de détention provisoire. Les parents de Jérémy Censier avaient accueilli cette nouvelle en larmes, désespérés : On nous a tué notre fils une deuxième fois parce qu'on n'a plus d'espoir. On n'a plus l'espoir de se dire qu'un jour, Jérémy, on lui rendra justice".

La famille Censier est membre de l'"Institut pour la Justice", une association créée au printemps 2007 qui soutient les victimes de crimes et délits. Les membres de cette association organisent un "Tour de France de la Justice" et revendiquent auprès des parlementaires afin de durcir les lois. Salle Barcelone, à Toulouse, le 29 septembre à 19h, un débat public est organisé et les parents de Jérémy seront présents. 

Pour faire entendre leurs voix, les parents de la victime avaient publié le rapport d'autopsie sur internet, fin 2010.

Rappel des faits


Jérémy Censier, agé de 19 ans, est mort poignardé après une bagarre lors des fêtes de Nay, le 22 août 2009, dans le Béarn. Une dizaine de personnes, originaires de Nay, ont été suspectées et une information judiciaire pour homicide volontaire, violences aggravées et soustraction de preuves, en l'occurrence l'arme du crime, a été ouverte.


La juge d'instruction en charge du dossier a finalement décidé de renvoyer six personnes devant la Cour d'Assises des mineurs : cinq pour violences aggravées et une seule, le principal suspect, pour homicide volontaire. Dans cette même affaire, deux suspects seront jugés en correctionnelle et deux autres ont bénéficié d'un non-lieu.


Sur le même sujet

Les + Lus