• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Plage de Lacanau rouverte, celle du Porge fermée

Les physalies continuent de faire parler d'elles sur le littoral aquitain.

Par C. Roland

video title

video title

Littoral aquitain: des physalies envahissantes

Les physalies et leurs longs filaments urticants sont arrivées en nombre sur le littoral. Ces animaux marins venimeux ont déjà frappé à plusieurs reprises: le nombre de piqures recensées est déjà impressionnant. Des plages ont dû être fermées.

La plage de Lacanau, la station balnéaire la plus fréquentée de Gironde, sur la côte Atlantique, fermée depuis lundi en raison de l'arrivée massive de physalies, a été rouverte à la baignade mardi. En revanche, la plage du Porge a dû être fermée.

A Lacanau, la plage devait être rouverte à partir de 11h, a déclaré à l'AFP Pascal Rouillé, responsable du poste de secours des CRS, qui a constaté mardi matin la disparition totale des quelque 200 physalies qui avaient entraîné lundi matin la fermeture de la plage. "Il n'y a plus aucune physalies sur toute la commune. Elles ont dû être amenées vers le large par les deux marées descendantes. Il y a aussi un courant dominant nord-sud qui a dû les entrainer plus bas", a précisé M. Rouillé.

C'est la première fois depuis le début de la saison estivale qu'un échouage aussi massif de cet animal marin venimeux, faisant penser à une méduse, a été constaté en Gironde. Mi-juillet, des plages des Landes et des Pyrénées-Atlantiques avaient également été temporairement fermées pour la même raison. Selon un communiqué de l'ARS, 585 cas d'envenimations par physalies ont été signalée depuis le début de l'été. Parmi eux, 10% ont présenté des signes de gravité.

Les physalies, animaux marins venimeux, sont très urticants et peuvent être dangereux pour la santé : ils peuvent provoquer des brûlures voire des chocs cardiaques. Même échoués sur les plages, leurs longs filaments restent dangereux.

Sur leur site internet, l'Agence Régionale de Santé Aquitaine (ARS) et  le CHU de Bordeaux ont publié des recommandations aux baigneurs et aux soignants pour gérer au mieux les piqûres de physalies.

Sur le même sujet

Patrick Bruel : retour sur ses premières Francos

Les + Lus