Pour sauver les langues régionales

© France 3
© France 3

Ils demandent la reconnaissance officielle de l'euskara (langue basque) au Pays basque français.

Par Marie-Eve Constans

Plusieurs milliers de défenseurs des langues régionales ont manifesté samedi à Bayonne (et Toulouse notamment) pour réclamer de meilleures conditions d'enseignement ainsi que la ratification de la Charte européenne pour la sauvegarde des langues régionales.

A Bayonne, environ 7.000 personnes, selon les organisateurs, 4.600 selon la police,
ont défilé pour réclamer la reconnaissance de la langue basque comme langue officielle,
à l'appel de la plate-forme Deiadar, qui réunit des associations de défense de la langue basque, oeuvrant pour la reconnaissance du basque comme langue officielle.

A l'appel de la plate-forme Deiadar, qui réunit des associations de défense de la langue basque, le cortège, composé de nombreuses familles auxquelles s'étaient joints élus et représentants associatifs, s'est ébranlé dans le centre-ville derrière plusieurs banderoles où était écrit: "Euskaraz bizi nahi dut" (Je veux vivre en langue basque, ndlr).

De nombreux professeurs et élèves des écoles d'enseignement bilingue, ainsi que des écoles en immersion "Iskatola", ont participé au défilé qui s'est déroulé au son des percussions et des cloches des "Joaldunak", personnages de la mythologie basque. 

"La langue basque devra à long terme obtenir un statut adéquat, elle devra être la langue spécifique du Pays basque, officielle, prioritaire et connue de tous", a déclaré en basque Pantxika Maita, au nom des mouvements de défense de la langue basque Kontseilua et Euskal Konfederazioa.

Les manifestants réclamaient également la ratification par la France de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires signée par Paris en 1999. "La ratification est dans le projet du candidat François Hollande", a souligné Colette Capdevielle, candidate PS dans les Pyrénées-Atlantiques, qui veut "plus de moyens pour le bilinguisme dans l'école de la République".

Jean-René Etchegaray, premier adjoint MoDem de Bayonne, a indiqué que "François Bayrou devrait demander la modification de la Constitution pour rendre la ratification de la Charte européenne possible". 

Selon une enquête de l'Insee en 2006, 22,5 % des habitants du Pays basque français
sont bilingues français-basque et 8,6 % comprennent le basque, mais ne le parlent pas.

Sur le même sujet

Les + Lus