• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Premiers coups de sécateur en Aquitaine

Hotte, chapeau, gants, et bonnes chaussures, des vendangeurs retrouvent les rangs de vigne avec de l'avance cette année.

Par C. Roland (avec l'AFP)

video title

video title

Domme (24) : le rendement de la vigne estimé

En Dordogne, les viticulteurs surveillent la maturation de leurs raisins. C'est le cas à Domme où les professionnels ont récemment procédé à une estimation de rendement de la vigne. Les vendanges devraient avoir lieu durant la première quinzaine de septembre.

Après la sécheresse du printemps puis la pluie de juillet, les vendanges sont précoces. Cette année s'annonce prometteuses tant en qualité qu'en quantité, selon les premières prévisions.

En ce 18 août, on vendange au Château Smith-Haut Lafitte de Martillac en Gironde, tandis que dans le Beaujolais, les premières vendanges sont annoncées pour le 24 août. En Champagne, les vendanges débuteront généralement autour du 22 août, et dès demain pour quelques crus de l'Aube et de la Marne. A Rivesaltes, dans les Pyrénées-Orientales, les premiers coups de sécateurs ont déjà été donnés chez un viticulteur le 4 août dernier.

Sauf incident climatique majeur, la récolte devrait atteindre 47,6 millions d'hectolitres (hl), déclarait début août à l'AFP Jérôme Despey, président de la filière viticole à FranceAgrimer, l'établissement public en charge du secteur agricole, notamment.

Les vendanges 2011 seraient ainsi supérieures à celles de l'an dernier (45,3 millions d'hl). En 2010, le vignoble avait essuyé un été pourri mais la récolte avait été sauvée par un mois de septembre ensoleillé.


Cette année, sauf imprévu, les spécialistes prévoyaient des vendanges particulièrement précoces. Une première vague devait débuter à la mi-août sur les cépages Sauvignon et Chardonnay (vins blancs) tandis que le gros des récoltes devrait se dérouler fin août ou début septembre, soit avec une avance de 10 à 30 jours, prévoit FranceAgrimer.
"Nous avons eu des conditions climatiques cet hiver qui ont permis un bon cycle végétatif, sans risque sanitaire, puis la sécheresse de ce printemps a facilité l'accélération du développement du raisin", explique Jérôme Despey. Enfin la pluie, tombée en juillet, est arrivée à point nommé pour remplir le grain.

Sur le même sujet

Le concours de peinture du Cadre d'or à Périgueux

Les + Lus